Transport et infrastructures

Daniel Libeskind installera un « diamant » habité en prolongement de la gare Thiers de Nice

Mots clés : Architecte - Gares, aéroports - Gestion et opérations immobilières - Risque sanitaire

Associé à la Compagnie de Phalsbourg, l’architecte américain a remporté la consultation de promoteurs-concepteurs lancée par la métropole de Nice et Gare & Connexions. Baptisé Iconic, le programme immobilier mixte de près 19 000 m2 verra le jour sur une étroite bande de terrain entre la gare centrale Thiers et l’avenue Jean-Médecin. Il s’agit de son premier projet en France.

Quatre équipes étaient en lice dans le cadre de cette consultation -Altarea Cogedim et Clément Blanchet, Cirmad-Bouygues et Jean-Marie Duthilleul, Sogeprom et Marc Mimram, la Compagnie de Phalsbourg et Daniel Libeskind-, pilotée par la Métropole Nice Côte d’Azur avec Gares & Connexions. Le projet s’inscrit dans la poursuite du réaménagement de la gare centrale Thiers (61,5 millions d’euros d’investissements en cours) et de ses abords.

L’enjeu est de redonner une véritable attractivité à cette zone du centre-ville, en développant un pôle d’échange multimodal relié au tramway et en insufflant une dynamique nouvelle au quartier par l’apport d’activités économiques diversifiées (commerces, hôtellerie, bureaux et services). Le projet qui va prendre place sur une étroite bande foncière entre l’actuel bâtiment voyageur de la gare et l’avenue Jean Médecin -un site actuellement peu valorisé et occupé des installations de la SNCF-, doit également permettre de gommer la frontière urbaine entre deux parties de la ville, séparées par le passage de la «voie rapide», une infrastructure routière aérienne. «Sur cet emplacement stratégique, il n’était pas question de copier Haussmann ou Prosper Bobin. Nous avons voulu une architecture et une œuvre du XXIe siècle» lance Christian Estrosi, le président de la Métropole Nice Côte d’Azur.

 

Une proue sur l’avenue Jean-Médecin

 

Le choix de la métropole et de Gares & Connexions s’est porté sur la proposition de Daniel Libeskind qui a délibérément pris le parti de créer un bâtiment « iconique », un signal architectural fort sur ce foncier improbable. Le résultat est un ensemble sculptural, de béton, d’acier et de verre, taillé comme un diamant, avec de multiples faces et écailles, de près de 40 mètres de hauteur pour masquer dans ce secteur la présence de la voie rapide. « Je me suis inspiré des formes minérales de l’azurite, d’une cristallisation harmonieuse pour créer un bâtiment qui pourra être vu sous tous les angles et contribuera ainsi à faire disparaître la frontière entre ces deux parties de la ville. Il servira aussi à refléter la ville, la lumière et le paysage », explique Daniel Libeskind. Un des éléments spectaculaires sera sa proue, une façade principale en porte-à-faux émergeant sur l’avenue Jean Médecin. L’ensemble permettra également d’offrir une liaison couverte entre la gare et la station de tramway Jean-Médecin.

Sur cette opération, Daniel Libeskind, qui a des attaches et un lieu de vie dans la région azuréenne, est associé aux architectes niçois Nicolas Fevrier et Jennifer Carre. Le bureau d’étude est Artelia. « Le bâtiment qui sera constitué d’un noyau béton et d’un habillage en structure métallique et en parois de verre sera très complexe à réaliser, du fait des porte-à-faux, des contraintes sismiques et de la maîtrise des mouvements vibratoires car il va surplomber le passage d’installations névralgiques pour le fonctionnement du réseau ferroviaire », détaille Jennifer Carre.

 

80 millions d’euros d’investissements

 

Au total, il s’étendra sur près de 19 000 m2 (R+6) et comportera près de 7 000 m2 de commerces, 4 600 m2 d’hôtel à l’enseigne Hilton, une salle de spectacle de 600 m2, 1 800 m2 de bureaux, 2 200 m2 de salle fitness, un restaurant panoramique de 744 m2, etc. « Nous prenons un risque avec cette opération qui va représenter 80 millions d’euros d’investissements au total mais il s’agit d’un des plus audacieux projets de requalification de quartier de gare », commente Philippe Journo, P-DG de la Compagnie de Phalsbourg. Le planning prévoit une signature du compromis de vente en décembre, un dépôt du permis et des demandes d’autorisation CDAC au premier trimestre 2017, un démarrage des travaux au quatrième trimestre 2017, pour une livraison à la fin 2019.

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
  • - Le

    Bling Bling

    Architecture de plouf – Architecture de verre sous le soleil du Sud ….. Architecture de magazine pour élus aux dents blanches ….. Doit-on louer ces ovnis pour voir un commentaire apparaître ? A quand New-York en Ardèche ?
    Signaler un abus
  • Commenter cet article
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X