Industrie/Négoce

« Current est l’une des réponses de General Electric aux mutations de l’économie », Peter Lau

Mots clés : Conception - Informatique - Politique énergétique

Créée en octobre 2015 par General Electric, la société Current mêle conseils en économies d’énergie et services d’ingénierie informatique. Peter Lau, son directeur général pour l’Europe et le Moyen-Orient, présente cette nouvelle entité intéressée par les bâtiments et les espaces urbains.

 

Quels buts poursuit General Electric (GE) avec la création de Current ?

 Peter Lau : Le monde de l’énergie connait une évolution sans précédent. Le développement du solaire photovoltaïque, du stockage, de l’éclairage par LED, ou des véhicules électriques, remet en cause les rapports commerciaux traditionnels de ce secteur. Dans le même temps, la croissance des technologies numériques bouleverse toute l’industrie. Notre société assiste à l’émergence d’une nouvelle économie autour de la création, de la gestion et de l’exploitation de données. GE ambitionne de devenir un acteur majeur de ce marché. Enfin, aujourd’hui, les clients n’attendent plus seulement des produits, mais des solutions spécifiques à leurs problèmes. Current a été créée en réponse à ces trois mutations essentielles. Notre société conseille les exploitants de bureaux, de commerces et d’industries ainsi que les collectivités locales à la fois en matière d’économies d’énergies et de systèmes d’information. Une fois leur projet déterminé, nous pouvons aussi leur fournir les moyens techniques et financiers de le réaliser.

 

Sur quelles technologies se fondent vos offres ?

 P. L. : Pour le moment, notre approche repose principalement sur l’éclairage par LED. Les luminaires LED peuvent embarquer de nombreux capteurs, tels que des détecteurs de mouvements, des caméras, ou des sondes de températures. Ils peuvent collecter de nombreuses informations sur leur environnement, tout en étant plus économes que les autres sources de lumière. Ces données peuvent être stockées sur la plate-forme internet de GE, Predix. Des applications hébergées sur cette même plate-forme les agrègent alors avec d’autres contenus. Les résultats de ces opérations sont restitués au client par le biais d’une interface graphique. Pour un directeur de magasin, nous pourrions concevoir une supervision informatique qui décrirait en temps réel les déplacements des acheteurs, des employés et des marchandises grâce aux éléments fournis par ses plafonniers.

 

Votre discours peut sembler contradictoire : vous vous réclamez d’une approche personnalisée, mais vous avez recours à une plate-forme centralisée. Comment Predix peut-elle se plier aux exigences de chacun ?

P. L. : Nous avons bien compris que nous n’y arriverions pas seuls. L’architecture de Predix est donc ouverte. Nos clients pourront développer leurs propres applications selon leurs besoins. Par ailleurs, nous concluons en permanence de nouveaux partenariats avec des entreprises spécialisées dans la conception de capteurs et des développeurs d’applications afin d’accroitre les capacités de notre système. Cette stratégie nous garantit que Predix pourra s’adapter rapidement aux évolutions du marché.

 

Quels sont les objectifs pour les années à venir ?

P. L. : Notre chiffre d’affaires en 2015 se montait à 1 milliard de dollars. Celui de 2016 devrait être compris entre 1,3 et 1,5 milliard de dollars. Nous visons les 5 milliards d’ici 2020. Current représenterait alors environ 3 % du chiffre d’affaires de GE.

 

Vous placez les collectivités locales parmi vos clients, comment décririez-vous le secteur des villes connectées ?

P. L. : A l’heure actuelle, les investissements ne sont pas encore à la hauteur de nos ambitions, mais le potentiel est énorme. Nous disposons de plusieurs installations pilotes dans le domaine, la plus importante se situe à San Diego. Dans ce marché émergent, la diversité des utilisateurs de Predix constitue l’un de nos meilleurs atouts. En effet, l’ensemble des équipements industriels produits par GE pourra être relié à cette plate-forme. C’est autant de données supplémentaires que nous pourrons combiner afin de créer de l’information.

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X