Performance énergétique

CUBE 2020 : le classement à mi-parcours

Mots clés : Concours d'architecture - Efficacité énergétique - Lieux de travail - Réglementation thermique et énergétique

Les résultats du concours de performance énergétique des bâtiments tertiaires permettront cette année de préfigurer les effets du futur décret « tertiaire ». 

Accélérer les économies d’énergie : c’est cet enjeu que propose depuis 2014 le concours CUBE 2020 à un panel de près de 200 bâtiments tertiaires dont les économies sont évaluées pendant un an. Pour ce faire le concours mobilise deux des leviers les plus immédiatement rentables de l’efficacité énergétique d’un bâtiment : une meilleure exploitation et la mobilisation de ses occupants. Le concours regroupe les immeubles selon leur superficie, leur avancée technique, leur type d’effectif, leur type de gestion –publique ou privée, et leur degré de certification.

L’édition 2015-2016 du concours prend une tournure plus symbolique encore après la COP 21 et la publication prochaine du décret (mis en consultation en janvier dernier) « relatif aux obligations de travaux d’amélioration de la performance énergétique dans les bâtiments existants à usage tertiaire », qui demandera aux bâtiments tertiaires une réduction de 25% de leur consommation énergétique d’ici 2020.

 

« Champion d’automne »

 

Après six mois, les 123 bâtiments en lice s’inscrivent sur une trajectoire moyenne à 5,40 % d’économies cumulées à mi-parcours (soit 10,80 % en extrapolant sur une année entière.) Le classement provisoire à fin janvier place déjà trois bâtiments au-dessus des 15% d’économies cumulées et vingt bâtiments au moins s’inscrivent au-dessus de la barre des 10% d’économies d’énergie après six mois seulement de concours.

 

 

Au classement général toutes catégories confondues, fin décembre, Poste Immo continue de performer avec six bâtiments dans le peloton de tête, dont Quai Vendeuvre à Caen, sacré « champion d’automne ». Mais la concurrence est rude avec SETEC, Schneider Electric, EGIS, Dalkia ou encore EDF, Bureau Veritas, Cofely… Et parmi ces champions d’envergure, la Communauté d’agglomération du Niortais est 4e et les éditions belges Dupuis atteignent la 16e place avec 9% d’économies cumulées !

Par catégorie, on retrouve, en tête du classement « bâtiments certifiés » : SETEC avec 11 % d’économies. Les bâtiments caennais de Poste Immo Caen CFI et Quai Vendeuvre se disputent comme au classement général la première place des « bâtiments non certifiés de moins de 2500m² ».

Pour les bâtiments de taille moyenne, le haut du podium est décerné aux bâtiments palois et montpelliérain d’EDF, et Pau est toujours à l’honneur avec La Poste qui décroche la 3e place. Schneider, Poste Immo et EGIS se disputent les trois premières places des « grands parcs », avec des scores entre 8,81 et 10,80% d’économies. La Mairie de Toulouse et son Groupe Scolaire Littré avec 10,64 % d’économies investit le podium des « bâtiments d’enseignement », devant l’école de Musique de Moulins, et le Quadrium Est de la Croix Rouge Française. Les Ateliers Communautaires de Niort tirent leur épingle du jeu parmi les « bâtiments publics ». Quant aux bâtiments semi-industriels, les champions de décembre sont Leoni France, la Poste et Dassault Systèmes.

 

L’ensemble des classements

 

 

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X