Ingénierie

Croissance, internationalisation et BIM, les trois priorités d’Ingérop

Mots clés : Conception - Infrastructure de transports

La société d’ingénierie française présentait ses résultats ce mardi 4 juillet. Le groupe veut aussi accélérer sa présence à l’international et projette de racheter des PME dans les infrastructures de transport. Principales cibles : l’Afrique et l’Amérique du sud.

1 – Le chiffre d’affaires grimpe de 4%

La société d’ingénierie française a clôt l’exercice 2016 avec un chiffre d’affaires de 207 M€, en hausse de 4%. L’activité Ville et mobilité reste dominante (50%). Le Bâtiment (25%), l’Energie/industrie (20%), et l’Eau et Environnement (5%) suivent. Le groupe basé à Rueil-Malmaison (92) bénéficie par ailleurs d’une belle visibilité, avec 320 millions d’euros de carnet de commandes à fin décembre 2016, soit près de 19 mois d’activité.

Le principal marché d’Ingérop reste la France (78%). Le groupe a participé à des chantiers majeurs comme le dédoublement de l’A9 à Montpellier (34), la LGV Bretagne-Pays de la Loire inaugurée le 2 juillet, la Seine Musicale à Boulogne-Billancourt (92) ou, encore, la nouvelle unité de vinification pour le château Beychevelle (33). Ingérop a également remporté trois appels d’offres dans le cadre du Grand Paris Express (Ligne 15 sud, 17 et 18).

 

2 – Le groupe veut se développer à l’international

La part d’activité à l’international continue de progresser. Elle atteint 22% en 2016, contre 14% deux ans plus tôt. La conséquence d’une politique de croissance externe qui a porté ses fruits. « L’accélération à l’international aura été particulièrement probante sur l’année […], bien évidemment aidée par l’acquisition en 2015 de Rendel Ltd, société britannique d’ingénierie, et ICE Tygerberg, en Afrique du Sud, spécialisée en structures, voirie et hydraulique », se félicite Christophe Blanc, le directeur international.

A cela s’est ajoutée la signature de nouveaux contrats dans le domaine des infrastructures de transports et routières, principalement en Afrique et en Amérique du Sud. D’ici à trois ans, Ingérop se fixe un objectif de 25% de chiffre d’affaires à l’international.

 

 

Pour atteindre cet objectif du plan Ambition 2020, la direction cible deux continents où le groupe est particulièrement implanté : l’Amérique du Sud et l’Afrique. Sur ce dernier, la société française se dit « active » dans près de 40 pays, à travers des contrats de travaux dans le secteur des infrastructures routières et des sites de production d’énergie. « De très nombreux projets liés à l’urbanisation sont en cours, tels que le BRT (Bus Rapid Transit) de Nairobi ou encore le train urbain d’Abidjan », indique Christophe Blanc. Sur ce continent, Ingérop, via ses quatre filiales basées en Afrique du Sud, Mozambique, Sénégal, l’Algérie et la Tunisie, y emploie environ 100 personnes (le groupe compte au total 1700 employés).

 

« Nous allons poursuivre notre stratégie d’acquisition de sociétés de tailles petites à moyennes. Nous sommes en capacité régulière à absorber une à trois sociétés par an », Yves Metz, président d’Ingérop.

 

La société d’ingénierie est également présente en Amérique du Sud depuis l’acquisition de la société Ghisolfo en 2013 et la création d’une filiale au Pérou en 2014. A Lima, Ingérop a participé à l’étude technique des lignes 1 et 3 du métro, ainsi qu’à la conception d’une ligne de « bus à haut niveau de service ». Au Chili, elle prend part à la construction de plusieurs axes routiers situés dans des zones inaccessibles et accidentées. En Colombie, à Medellin, elle a remporté un contrat de suivi de travaux portant sur deux lignes de transport par câbles aériens et une ligne de tramway sur pneus de 4,2 km.

 

 

Du côté de l’Asie, Ingérop a signé cette année de nouveaux contrats : le pont de Padma au Bangladesh et le pont Zouari en Inde.

 

3 – Le BIM, un virage négocié

Chez Ingérop, 2016 restera l’année du BIM. Selon Alain-Pierre Grésil, directeur de l’activité Bâtiment, tous les grands projets sont désormais réalisés à partir de la maquette numérique. C’est le cas notamment de l’aéroport international de Genève ou encore de l’Hôpital de Hautepierre à Strasbourg, et du nouveau CHU de Pointe-à-Pitre en Guadeloupe. A noter que la Canopée des Halles, livrée l’an dernier dans le centre de Paris, est le premier ouvrage 100% BIM conçu par Ingérop.

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
Votre avis ?
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X