Collectivités territoriales

«Créer un troisième pôle économique entre Bordeaux et Toulouse», Jean-Paul Brin, adjoint à l’urbanisme de Pau

Mots clés : Etat et collectivités locales - Réseau routier

Renforcer son attractivité, c’est l’ambition de la ville de Pau. Jean-Paul Brin, adjoint au maire chargé de l’urbanisme, des travaux et de la coordination générale et fidèle compagnon de route de François Bayrou, dresse un panorama des chantiers en cours et à venir.

 

 

Quels sont les grands chantiers du mandat ?

Jean-Paul Brin: Sur la mandature, la Ville et l’agglomération Pau Porte des Pyrénées, que François Bayrou préside également, ont programmé 350 millions d’euros d’investissements. Cela comprend le projet de bus à haut niveau de service (BHNS) réalisée sous maîtrise d’ouvrage du SMTU, les travaux sur l’usine de traitement des eaux, la rénovation des halles, la modernisation du stade du Hameau, l’aménagement du parc naturel urbain, etc.

Certains de ces projets sont aujourd’hui engagés. Je pense au BHNS en phase opérationnelle pour un coût travaux de 50 millions d’euros HT. La rénovation des halles de la République, projet phare de la mandature, va également bientôt démarrer. Mobilisant un investissement de 20 millions d’euros HT, le projet dont nous avons confié la conception à l’agence parisienne Ameller, Dubois et Associés, est important pour la Ville à plus d’un titre. Il vise à rénover un ensemble composé d’une halle, du carreau des producteurs et d’une tour. Situé au centre-ville de Pau, il représente un enjeu urbain évident. Il sera un des éléments d’attraction contribuant à faire revenir en ville de la population. A ce titre, les architectes ont proposé de créer une place haute couvrant le carreau pour devenir une «terrasse en ville», permettant ainsi l’installation d’espaces de restauration extérieurs et d’animation. Dans le même secteur et en le conjuguant avec la recomposition de la place du Foirail, nous préparons le transfert du cinéma d’art et d’essai le Méliès qui a besoin d’une troisième salle. Il pourra trouver de la place dans un bâtiment existant doté d’une rotonde qui, elle, sera aménagée en équipement culturel. La consultation prenant la forme d’un dialogue compétitif vient d’être lancée pour un projet estimé à 6 millions d’euros.

 

Quelle est la philosophie qui sous-tend ces projets ?

J.-P. B.:  Il s’agit de renforcer la vitalité du cœur de ville, d’y attirer de la population, de nouveaux habitants, mais aussi des visiteurs qui viennent profiter des agréments proposés par la Ville. L’effet Bayrou a joué attirant des nombreux visiteurs. Mais il faut conforter tout cela.

Pau avait perdu des habitants – 5 000 habitants en moins entre les deux recensements – et connaît un taux de vacance élevé, entre 19 et 26 % en centre-ville. Il existe des projets de construction de logements sociaux, mais, il manque une offre de logements libres d’une certaine surface et qualité. Or, à Pau, cité de villégiature au XIXe siècle pour de nombreux Américains et Britanniques, ce ne sont pas les beaux immeubles qui manquent. La réhabilitation de ce parc entre dans notre stratégie de rendre Pau plus attractive. Cela passe par le classement en secteur sauvegardé du centre ancien. Nous espérons l’obtenir avant juin 2016. Se pose la question de l’adéquation du prix de la réhabilitation et du prix du marché. Le secteur sauvegardé aura un effet de levier en permettant de faire jouer le dispositif de défiscalisation de la loi Malraux. En parallèle, nous retouchons le plan de circulation et avons mis en place un nouveau plan de stationnement pour augmenter la rotation des places. Nous avons aussi travaillé sur les espaces verts. Nous avons ainsi lancé l’aménagement de la coulée verte du Hédas, un ancien cours d’eau qui sépare la ville. Nous prévoyons de créer un parcours à partir des nombreux jardins aménagés autour des villas. Ce sont différentes actions préconisées dans «le plan-guide d’aménagement et de développement de Pau dans son agglomération» réalisé en 2015 en partenariat avec Nasrine Seraji , directrice de l’Ecole d’architecture de Paris-Malaquais.

 

Pouvez-vous nous en dire plus ?

J.-P. B.: La démarche a été voulue pour nous donner un outil de lecture du territoire et une visibilité d’ici à 2030. Il nous a permis de programmer les investissements de la Ville et de l’agglomération pour la période 2015-2020 de manière stratégique et cohérente. Le plan-guide a une double utilité. C’est important pour les investisseurs de prévoir quelles seront les évolutions. C’est une base pour le PLUi en cours d’élaboration. Aujourd’hui, l’exploitation du travail réalisé est en train d’être préparée, notamment par une présentation, secteur par secteur, aux habitants et aux professionnels.

De manière générale, il s’agit de valoriser nos atouts: un territoire où la proximité des espaces agricoles, la force des grands paysages de montagne et de coteaux constituent en eux-mêmes un socle à mettre en lumière; un territoire, certes en marge du processus de métropolisation, mais qui, par la présence de différentes filières économiques – recherche pétrolière, aéronautique, agroalimentaire, énergie, etc. – a un potentiel d’attractivité élevé par rapport à des agglomérations de la même strate. Par exemple, le géant de l’agroalimentaire Euralis a son siège à Lescar, commune-membre de Pau, et Total a son centre de recherche mondial à Pau, sans oublier Safran et son pôle de production et de maintenance des turbines d’hélicoptère, ni toutes les entreprises sous-traitantes, hautement spécialisées.

Rendre Pau, ville-centre, attractive est un élément qui jouera en faveur de l’image du territoire. François Bayrou veut développer le concept de Pays de Béarn et veut créer un pôle métropolitain. Il s’agit de donner une image similaire à celle véhiculée par le Pays basque et de créer un troisième pôle économique entre Bordeaux et Toulouse et en vis-à-vis de Pampelune et Saragosse, côté espagnol.

 

Le mode d’attribution du marché de maîtrise d’œuvre pour la rénovation du stade du Hameau, haut-lieu du rugby, a fait débat. Quelle est votre position suite à la saisine par le conseil régional de l’ordre des architectes du tribunal administratif ?

J.-P. B.: Oui, le conseil régional de l’ordre des architectes conteste l’utilisation par la communauté d’agglomération d’une procédure d’appel d’offres restreint au lieu d’une procédure de concours. Or le code des marchés prévoit que la collectivité n’est pas tenue de procéder à un concours en cas de réhabilitation d’un ouvrage existant, ce qui est le cas. En outre, les délais de la procédure de concours étaient incompatibles avec ceux résultant du cahier des charges de la fédération de Rugby. L’agglomération n’avait imposé aucune prestation graphique et a écarté celles qui avaient été jointes spontanément, sur demande du représentant de l’ordre des architectes présent au jury !

 

Vous êtes, depuis début février, le président du syndicat mixte de l’aéroport Pau-Pyrénées, succédant à l’élu régional Bernard Uthurry. Quels sont les enjeux en matière de transport ?

J.-P. B.: Pau est d’une certaine manière dos au mur des Pyrénées. Pour la desserte aérienne, l’enjeu est de diversifier les liaisons aujourd’hui limitées à Paris (9 vols par jour), Lyon (3 vols par jour), Marseille et Marrakech, cette dernière étant assurée par un vol low cost. Le développement du transport aérien a des tarifs accessibles est une priorité, d’autant que les infrastructures existent: atterrissage tout temps, nouvelle tour de contrôle en 2017, etc. Avec la mise en service de la LGV Tours-Bordeaux en 2017, Pau sera à quatre heures de Paris. Le pôle métropolitain pourrait mettre en place des structures d’échanges avec l’Espagne. Reste le problème de la traversée des Pyrénées.

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X