Construction Numérique

Créer un BIM à partir des plans 2D pour la gestion de patrimoine

Mots clés : Conservation du patrimoine - Logiciels - Outils d'aide

Algotech Informatique et Archidata proposent une plate-forme de gestion de patrimoine compatible avec le building information modeling (BIM).

Spécialisée dans les logiciels de conception assistée par ordinateur (CAO) pour les installations électriques, Algotech Informatique vient de passer un accord de distribution avec le canadien Archidata. Objectif : proposer une plate-forme de gestion de patrimoine compatible avec le building information modeling (BIM). « Le point fort d’Archidata est sa capacité à reconstituer une maquette numérique à partir de plans papiers ou de fichiers DXF ou DWG », explique Alexandre Marques, directeur commercial et marketing d’Algotech. Cette base de données, qui permet la visualisation en 2D ou en 3D, est compatible avec le format standardisé IFC. Le principe est de reconstituer une couche sur le plan d’origine afin d’en déduire un maximum de données alphanumériques et de donner au maître d’ouvrage une vue globale sur son patrimoine. « Effectuer le zonage à partir du plan, réaliser l’élévation en 3D des murs et positionner les équipements techniques demande en moyenne quinze jours pour un ensemble de 50 000 m² », indique le directeur commercial.

 

Des expérimentations lancées en France

 

Une fois la base de données constituée, la plate-forme fonctionne par modules : la « salle de plans », par exemple, est un système de classement, de recherche et d’échange de plans qui permet de les annoter, de les imprimer et de les partager. Tandis que le « tableau de bord » sert à visualiser en 2D et 3D chaque bâtiment par étage, par local et par espace. Le module de « gestion des équipements » les répertorie par local ou par bâtiment, celui de « gestion de projet » est un outil de coordination pour lancer les programmes d’aménagement ou d’agrandissement. La plate-forme sert aussi à gérer les locations, grâce à son inventaire des espaces vacants, ou à identifier les zones avec de l’amiante. Plusieurs expérimentations viennent d’être lancées en France avec un bailleur social, un centre hospitalier et une compagnie d’assurances.

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
Votre avis ?
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X