Règles techniques

Couverture en tuiles canal : comment ça marche

Mots clés : Etanchéité - Produits et matériaux - Second oeuvre - Transport fluvial

La tuile canal, dite tuile ronde ou tige de botte, a l’aspect d’une gouttière de forme légèrement tronçonique. Elle sert à la fois de tuile de dessus, appelée tuile de couvert, et de tuile de dessous, dite tuile de courant. L’étanchéité est alors assurée par la pente et le recouvrement. Le recouvrement latéral de la couverture est assuré par la tuile de couvert à cheval sur deux tuiles de courant. Le recouvrement longitudinal est le recouvrement d’une tuile sur l’autre.

Dispositions constructives


Sont distinguées trois types de tuiles en fonction de leur mode de pose :
– la tuile de courant (a) ;
– la tuile de couvert (b) ;
– la tuile de courant à tenons (c).

 

Supports et mode de pose

Le support discontinu est réalisé avec des chevrons, de section
triangulaire ou trapézoïdale, disposés suivant la ligne de la plus
grande pente (a). Il sont espacés selon un entraxe qui dépend
des dimensions de la tuile.
Le support continu (b) est constitué d’un voligeage jointif d’une
d’épaisseur minimale de 18 mm posé sur un chevronnage.
Dans certaines régions, le platelage est constitué de briques
creuses dites malons de couvert (c).

 

Pose sur plaques profilées

Les tuiles canal peuvent être posées dans un but
décoratif sur des plaques ondulées de fibres-ciment ou
sur des plaques de bitume armées de fibres. La fixation
des tuiles est assurée par un collage souple de mastic
en partie haute et deux en partie basse de chaque
tuile.

Pose sur écran en panneaux de particules

Lorsque le platelage est constitué de panneaux de particules, le support des
tuiles est réalisé par des liteaux disposés parallèlement à la pente et sur
lesquels sont disposées les tuiles de courant.

 

Fixation

Le crochetage mis en oeuvre pour contrer les effets du
vent utilise des crochets en fil cylindrique d’un diamètre
de 3 mm, en acier galvanisé, en acier inoxydable ou en
cuivre. Ils sont de trois types, en S, en long à oeil ou en
long à oeil cambré.

 

Rives et égouts

Le traitement des rives peut être simple par chevrons dépassants (a) par
exemple, ou plus sophistiqué avec génoise (b) ou corniche (c).

 

Ce document est un extrait du bimestriel  « Complément  Technique », publié par les Editions du Moniteur, qui analyse les principaux textes et normes.
Vous pouvez vous le procurer en cliquant ici

 

Vous êtes intéressé par le thème Règles techniques ?
  • Découvrez les Cahiers Techniques du Bâtiment
    Le magazine qui traite des innovations produits, des évolutions techniques et de l’actualité règlementaire dans tous les corps d’états.
    Voir le site

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X