Transport et infrastructures

Coupure du RER A : selon SNCF Réseau, le groupement Eole n’était pas autorisé à forer

Mots clés : Entreprise du BTP - Transport collectif urbain - Transport ferroviaire

SNCF Réseau, maître d’ouvrage, pointe la « responsabilité » du groupement et de son mandataire, Bouygues TP, dans l’incident de chantier qui a provoqué la coupure du RER A, la semaine dernière. Eole aura l’occasion de faire valoir son point de vue dans un rapport réclamé par la ministre des Transports.

Le trafic de la ligne ferroviaire la plus fréquentée d’Europe avait été interrompu trois jours après un « forage de reconnaissance » le 30 octobre sur un chantier souterrain, qui avait entraîné un écoulement d’eau boueuse dans le tunnel du RER A. « La réalisation de ce forage non prévu n’a fait l’objet d’aucune autorisation préalable », affirme et écrit Patrick Jeantet, président de SNCF Réseau, maître d’ouvrage du chantier, dans un courrier adressé le 31 octobre à Jean-Philippe Trin, directeur général délégué de Bouygues Construction, maître d’oeuvre des travaux. Ce percement sans permis « n’est pas acceptable et engage pleinement votre responsabilité », poursuit Patrick Jeantet, qui pointe les « conséquences particulièrement lourdes » et « le besoin impérieux de réparation sous bref délai ».

 

La ministre veut un rapport

 

Le groupe Bouygues a confirmé avoir reçu cette missive « tout à fait classique » dans ce cas de figure et a rappelé qu’il en était destinataire « en tant que mandataire du groupement d’entreprises Eole », consortium qui inclut aussi Eiffage et Razel-Bec, chargé d’une partie des travaux de prolongement du RER E vers l’ouest parisien.

La circulation des trains a finalement pu reprendre le 2 novembre, la ministre des Transports, Elisabeth Borne, annonçant le même jour avoir commandé un rapport sur l’incident à SNCF Réseau. Contacté, le ministère n’a pas souhaité faire « de commentaire particulier sur ce courrier » car le rapport lui sera « remis cette semaine et permettra d’avoir une vision globale sur ce qui s’est passé ». Les membres du consortium auront également l’occasion de faire valoir leur point de vue.

La RATP, qui exploite le RER A, a pour sa part déjà prévenu qu’elle mettrait « tous les moyens en oeuvre pour être indemnisée à hauteur des dommages subis ».

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X