Logement

Copropriétés dégradées: une deuxième Orcod-IN créée en France

Mots clés : Gestion immobilière

Le décret déclarant d’intérêt national l’opération de requalification de copropriétés dégradées (Orcod-IN) du quartier «Grigny 2», en Essonne, est paru. Il en confie le pilotage à l’Etablissement public foncier d’Ile-de-France (Epfif).

Le décret relatif à la création de l’opération d’intérêt national de requalification des copropriétés dégradées de Grigny 2 est paru au Journal officiel du 26 octobre. Il s’agit de la deuxième «Orcod-IN» créée en France après celle du «Bas-Clichy» à Clichy-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) en février 2015.

Avec près de 5 000 logements, la copropriété Grigny 2 (à Grigny, en Essonne), l’une des plus importantes d’Europe, est confrontée à de graves difficultés urbaines et sociales: gestion complexe, situation financière très difficile, problèmes de suroccupation notamment en raison de la fraude immobilière et la présence de marchands de sommeil. Le dispositif de l’Orcod-IN permet de mobiliser des moyens financiers et humains exceptionnels pour lutter contre ces dysfonctionnements.

 

Du portage immobilier à la production de logements sociaux

 

Le décret confie le pilotage de l’opération à l’Etablissement public foncier d’Ile-de-France (Epfif). Il aura un rôle d’ensemblier, de coordination des différentes actions à mener pour redresser Grigny 2: portage immobilier avec le soutien financier de l’Agence nationale de l’habitat (rachat d’appartements); actions d’aménagement pour redonner de l’attractivité au quartier; mise en œuvre à grande échelle de polices spéciales de l’habitat pour lutter contre l’habitat indigne; accompagnement social et mise en œuvre d’un plan de relogement pour permettre à l’Epfif de mener des opérations de réhabilitation avec production de logements sociaux. En matière d’aménagement, l’Epfif pourra prendre l’initiative de créer une ZAC (zone d’aménagement concerté) et de concéder la réalisation des opérations d’aménagement. Par ailleurs, Grigny 2 est ajoutée à la liste des opérations d’intérêt national. Concrètement il reviendra à l’Etat d’accorder les autorisations d’urbanisme.

 

Convention de mise en œuvre

 

Prochaine étape: l’élaboration d’une convention de mise en œuvre avec tous les partenaires concernés (la Ville de Grigny, l’agglomération Grand Paris Sud, l’Etat et ses agences). Dans un communiqué, Emmanuelle Cosse, ministre du Logement, indique «qu’elle apportera une attention particulière à la signature dans les meilleurs délais de la convention de mise en œuvre par les collectivités et services de l’Etat pour engager au plus vite la phase opérationnelle de l’Orcod-IN».

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X