Emploi / Formation

Coordination SPS : la formation des coordonnateurs révisée

Mots clés : Apprentissages - Risque sanitaire

Un arrêté relatif à la formation des coordonnateurs en matière de sécurité et de protection de la santé et à celle des formateurs de coordonnateurs renforce notamment les obligations de contrôle des organismes de formation.

Professionnaliser davantage les coordonnateurs en matière de sécurité et de protection de la santé (SPS), tel est l’esprit de l’arrêté formation pris le 26 décembre et publié au Journal officiel du 30 décembre dernier. Un texte qui revoit en profondeur le système de formation initiale des futurs coordonnateurs et l’actualisation des connaissances.

A compter du 1er janvier 2013, la formation du coordonnateur, quel que soit son niveau de compétences (1, 2 ou 3), comprend un tronc commun de douze jours et des modules spécialisés relatifs à la coordination de conception et de réalisation, de 4 jours chacun.

Un module complémentaire relatif aux particularités des opérations de première catégorie (plus de 10 000 « hommes-jours » et plus de 10 entreprises pour un chantier de bâtiment ou 5 entreprises pour un chantier de génie civil) d’une durée de deux jours figure également au programme de la formation.

 

Des organismes de formation certifiés

 

Les organismes de formation, qui doivent désormais être certifiés, devront s’assurer que les candidats remplissent les conditions pour postuler (diplôme, expérience professionnelle) et satisfassent aux prérequis, listés en annexe de l’arrêté (annexe II, point 1.2)

Autre nouveauté : les organismes de formation devront constituer un jury composé de professionnels indépendants issus de la maîtrise d’ouvrage et de la maîtrise d’œuvre ainsi que d’un coordonnateur SPS chargés de rendre un avis sur l’aptitude du candidat à exercer les fonctions de coordonnateur l’issue de sa formation.

Concernant les stages d’actualisation (mise à jour des connaissances), d’une durée de cinq jours, les organismes devront délivrer une attestation mentionnant le résultat de l’évaluation des acquis de la formation.

 

Un aménagement à trouver

 

Compte tenu de la publication tardive de cet arrêté, initialement prévue avant l’été dernier et dans l’attente de la sortie du décret précisant les missions du coordonnateur, les organismes de formation ne seront pas en mesure de répondre à l’ensemble des demandes. Aussi, une solution intermédiaire devrait être trouvée pour leur permettre de traiter, en 2013, les demandes les plus urgentes notamment au niveau des stages d’actualisation et des formations de formateurs, assurées par l’OPPBTP et l’INRS.

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X