Industrie/Négoce

Contrefaçon : La FFB, la FIEEC et la FIM unissent leurs efforts

Les fédérations des secteurs du Bâtiment, de l’industrie électrique et de l’industrie mécanique signent mercredi 4 novembre une convention pour développer des actions communes de développement de réseaux de surveillance de la diffusion de produits contrefaits.

Selon la Fédération française du Bâtiment, le montant de la contrefaçon dans le secteur représentait 1,5 milliard d’euros en 2011, en volume estimé. Et tout porte à croire qu’il n’a fait que croître. Avec toujours les mêmes lourdes conséquences : mise en danger de la santé et/ou de la sécurité des utilisateurs, dégradation de la qualité des ouvrages, augmentation des sinistres, atteinte à l’image de marque du secteur, concurrence déloyale mais aussi menaces sur l’emploi à tous les échelons de la chaîne de valeur.

La sécurité des utilisateurs qui constitue d’ailleurs le cœur de la problématique de la Fédération des Industries Électriques, Électroniques et de Communication (FIEEC). Les produits qui s’affranchissent de la réglementation en vigueur, axée sur la sécurité, font donc immédiatement peser un risque notamment en termes d’incendies, d’électrisations ou d’électrocutions. Ainsi sur 200 000 incendies d’habitation, on estime qu’un quart sont d’origine électrique (hors causes indéterminées), soit près de 140 par jour. Cette donnée illustre l’importance de la lutte contre les produits contrefaisants ou non conformes aux normes.

Enfin les industries mécaniques subissent aussi les préjudices de la contrefaçon. Pour la Fédération des Industries Mécaniques, c’est notamment une question de sécurité pour les clients et les salariés. Une installation de protection incendie défectueuse ou la fourniture d’équipements de protection individuelle non-conformes à des personnels peuvent avoir des conséquences dramatiques. L’utilisation de disques diamantés non-conformes sur des machines électroportatives utilisées tant par les professionnels que par les particuliers peut également entraîner des accidents graves.

 

Convention

 

C’est pour limiter ces risques que les représentants des trois fédérations, Jacques Chanut, président de la FFB, Richard Chery, président en charge de la contrefaçon/surveillance du marché de la FIEEC et Jean-Luc Joyeau, Premier Vice-Président Trésorier de la FIM, signent mercredi 4 novembre une convention confirmant leur volonté commune d’encourager des actions pour le développement de réseaux de surveillance, relatifs à la diffusion des produits contrefaisants.

Ces démarches couvrent un champ très large et intègrent notamment la sensibilisation des parties prenantes et du grand public aux enjeux de la conformité aux normes, la formation des acteurs économiques de la filière (installateurs, distributeurs), et le renforcement des liens avec les administrations et autorités en charge des contrôles.

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X