Energie

Construire moins, rénover plus : un rôle à contre-emploi pour le bâtiment dans le scénario négaWatt

Le quatrième « scénario pour une France sans énergie fossile en 2050 » de l’association négaWatt accorde un rôle capital au secteur du bâtiment. Mais un rôle à contre-emploi : abandon des maisons individuelles au profit des immeubles, baisse des constructions neuves dans le secteur tertiaire et 780.000 rénovations énergétiques chaque année.

Alors que la fermeture de la centrale nucléaire de Fessenheim s’amorce, l’Association négaWatt affirme une fois de plus que l’Hexagone pourrait se passer d’énergie fossile en 2050. L’association a publié le 25 janvier son quatrième scénario. Il détaille les mesures à appliquer afin que le bilan carbone français soit neutre d’ici 33 ans. Parmi les conditions de réussite de cette thèse, les auteurs soulignent la nécessité « d’une action globale sur le parc de logements et de bâtiments tertiaires. »

En fait d’action, le document énumère trois doctrines à appliquer d’urgence : la première consiste à maitriser l’occupation croissante des sols. Le bâti devrait se contenter de 1,1 milliard de m² en 2050, contre 950 millions aujourd’hui. Cette stabilisation implique l’abandon des maisons individuelles au profit des immeubles et une baisse des constructions neuves dans le secteur tertiaire, « dont une bonne partie reste aujourd’hui inoccupée », affirme l’étude. Un politique en faveur du partage de l’habitat, sous forme de colocation ou d’hébergement par une personne âgée, pourrait aussi contribuer à limiter le nombre de logements neufs.

 

Un boom des rénovations exigé

 

NégaWatt n’a pas négligé les difficultés financières que provoquerait cette approche. Cependant, l’association estime que ces pertes seront compensées par sa seconde idée : l’instauration « d’un vaste chantier de rénovation énergétique » qui parviendrait à traiter tous les édifices antérieurs aux années 2000 avant 2050. Cela suppose d’atteindre progressivement un niveau de 780 000 logements et 3,5 % des surfaces tertiaires remis à neuf chaque année. Avec un tel volume, le secteur du bâtiment créerait même près de 300 000 emplois équivalents temps plein d’ici 2030. Néanmoins, dans les conditions actuelles, le rythme des rénovations resterait 3,5 fois moins élevé que cet idéal. En outre, le résultat des travaux demeurerait bien en deçà des performances exigées par le scénario. La synthèse n’apporte pas de nouvelles pistes pour améliorer cette conjoncture.

Dernière idée de ce triptyque, les rapporteurs précisent que la rénovation ne doit pas se restreindre aux fenêtres. Ce chantier donne l’occasion de remplacer les sources de chaleur peu efficaces. Les pompes à chaleur prendraient le pas sur les convecteurs électriques et les chaudières. Le gaz resterait néanmoins un combustible intéressant dans le tertiaire grâce à la cogénération.

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
  • - Le

    Que font les professionnels du bâtiment face à ce défit de la rénovation énergétique

    Le scénario Negawatt est le seul en cohérence pour se passer des énergies fossiles source de toutes nos difficultés face à des lobby qui bloquent les bonnes solutions. La profession serait-elle trop attentiste pour accélérer avec l’Etat les mises en chantier et améliorer les conditions de vie de chacun. L’avenir est dans la réduction des besoins et le recours le moins possible aux ressources terrestres non renouvelable. A chacun d’agir individuellement et collectivement
    Signaler un abus
  • - Le

    scénario Negawatt

    Très bon rapport, réactualisé régulièrement depuis plusieurs années; à suivre par les prochains gouvernements pour faciliter la sortie du nucléaire.
    Signaler un abus
  • Commenter cet article
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X