Immobilier

Construire moins cher, c’est possible !

Projets labellisés CQFD (logements à coût, qualité, fiabilité et délais maîtrisés), maisons à 100.000 euros, lutte contre la spéculation foncière… les initiatives gouvernementales ne manquent pas pour tenter de « gagner la bataille du logement cher ». Mais toutes ces bonnes résolutions se heurtent aux réalités du marché : pressions sur le foncier, augmentation du prix de l’énergie, hausse du prix de certains matériaux, besoins de conforts grandissants… à tel point que, selon les spécialistes, on n’a jamais construit aussi cher.

Baisser le prix du foncier… C’est sur ce thème que portent principalement les politiques publiques en matière de logement, tout comme les revendications des professionnels, promoteurs ou constructeurs de maisons individuelles. Pourquoi les économies ne se nicheraient-elles pas ailleurs, dans la multitude d’actions et d’interventions nécessaires à l’acte de construire ? Etudes, conception, choix d’un système constructif, matériaux, présence des différents corps d’état, conduite de chantier, contraintes urbanistiques ou réglementaires, performances environnementales sont autant de postes incontournables. Mais les curseurs sur ces tableaux de bord peuvent être placés plus ou moins haut.

Quelques architectes, ingénieurs et constructeurs, piqués par des appels à idées ou des projets de recherches du Plan Urbanisme Construction et Architecture (PUCA) notamment, se sont attelés à la tâche pour proposer, à qualité égale, des maisons ou des appartements dont le prix (hors foncier), pourrait diminuer. Mais leurs efforts ne compensent pas les hausses de coûts induites par l’augmentation du prix de l’énergie, les charges supplémentaires dues aux 35 heures et la hausse du prix de certains matériaux. « On n’a jamais construit aussi cher », constate Patrick Martin, directeur général des bureaux d’études Betrec et Terre Eco. Il compare l’économie du bâtiment à un tapis roulant sur lequel l’écart entre les économies réalisables et les hausses constatées est au mieux constant, au pire s’aggrave. Peut-on baisser ou maintenir le coût de la construction sans tomber dans la modélisation qui ferait se ressembler tous les logements de France? Cette démarche implique-t-elle la suppression des postes dits superflus qui améliorent le confort? Entre bon sens, pragmatisme, économies d’échelles et emploi de hautes technologies, il y a sans doute moyen d’avancer. Personne n’ose pourtant la moindre estimation et les constructeurs de maisons gardent jalousement leurs études sur la ventilation exacte des débours.

Peut-on aujourd’hui en France construire vraiment moins cher ? C’est donc la question à laquelle nous vous invitons à répondre en complément de l’enquête publiée dans Le Moniteur du 10 mars intitulée « Quatre pistes pour construire moins cher ».
Faites nous part de vos idées et vos expériences (voir lien ci-contre). Toutes vos réactions seront rassemblées dans un dossier qui dressera également un panorama des principales initiatives existantes.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X