Industrie/Négoce

Conjoncture et perspectives : Une reprise… difficile

Ca va t-il mieux ? A l’issue de son assemblée générale annuelle, la FNBM a organisé une table ronde autour de ce thème. Réponses de la Capeb, de l’assureur Euler, de la FNTP et de la FFB.

Cela va t-il mieux ? C’est la question qu’a posée le 23 juin dernier, à l’issue de son assemblée générale, la Fédération du Négoce de Bois et des Matériaux de construction (FNBM) à plusieurs observateurs et acteurs de la construction. Pour la vice-présidente de la Confédération de l’artisanat et des petites entreprises du bâtiment (CAPEB), Sabine Basili, « il faut le dire très vite ». Et de préciser sa pensée : « même si le 1er trimestre 2016 a montré des signaux faibles d’une reprise, il convient d’être prudent après les quinze trimestres consécutifs de baisse. La crise a détruit quelques 120 000 emplois et entrainé un recul de l’activité au niveau enregistré en 2000. Il faut attendre les chiffres du deuxième trimestre pour s’avancer plus ». Le constat est identique pour le responsable Branche BTP chez l’assureur Euler, Anthony Tripard, et pour le chef du service des affaires économiques de la Fédération nationale des travaux publics (FNTP), Jean-Philippe Dupeyron. « Les statistiques commencent à s’infléchir depuis quelques mois » résume t-il.

  Une année 2016 de transition ?

 Quels sont ces signes ? « Dans le neuf, ca va mieux, remarque le président du Club de l’amélioration de l’habitat, Maurice Manceau. Les architectes et les bureaux d’études grattent beaucoup depuis 8 mois ». Et Jean Passini, président de la commission environnement de la Fédération française du bâtiment (FFB), de détailler. « On observe une reprise au niveau des autorisations de mises en chantier des logements, ainsi qu’un redémarrage dans le tertiaire, la logistique et les bâtiments commerciaux ». Toutefois pour les interlocuteurs de cette table ronde, 2016 ne sera pas l’année de la reprise. Tout au plus une année de transition comme l’explique Jean-Philippe Dupeyron. « Avec une activité autour de -3 % et 0 ». La reprise, ils l’espèrent tous pour 2017 et 2018.

 

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X