Logement

Congrès HLM : Pierre-René Lemas (CDC) mise sur « le temps long »

Mots clés : Droit du travail - Logement social

Le directeur général de la Caisse des Dépôts, Pierre-René Lemas, qui assure l’intérim jusqu’à ce que l’Elysée nomme son successeur, estime que le gouvernement doit garder en tête le cap « du temps long » en matière de logement.

Lors de son dernier discours en tant que directeur général de la Caisse des Dépôts (CDC), Pierre-René Lemas, qui assure l’intérim jusqu’à ce que l’Elysée nomme son successeur, a axé son discours sur la politique budgétaire  de l’éxécutif. Alors qu’il prévoit 1,7 milliard d’euros de coupes budgétaires sur l’APL et l’APL accession selon le projet de loi de finances pour 2018, le gouvernement doit veiller à ne pas gripper la machine à construire selon le DG de la CDC.

« Le problème majeur de la politique du logement consiste à réconcilier les espaces et les temps, entre l’urgence qui prend à la gorge et le temps long, celui du bâti, et le temps très long, a-t-il lancé à l’assistance mercredi 27 septembre. Ces temps méritent d’être réconciliés [face] à l’’urgence financière, budgétaire et économique. » Le DG de la Caisse des Dépôts a prévenu : « attention à ce que le temps court ne remette pas en cause les ambition dans le temps pour le logement ».

 

500 000 HLM programmés sur 5 ans

 

Pierre-René Lemas a défendu le système de financement du logement social, le qualifiant de « bon » tout en concédant que le secteur avait besoin d’être « adapté pour tenir compte de la réalité du marché ». Et de rappeler qu’aujourd’hui, « un logement sur trois construit en France est un logement social financé par la Caisse des Dépôts ». Pour les cinq prochaines années, « nous avons prévu la programmation financière de 500 000 logements sociaux après en avoir financé 110 000 en 2016 », rappelle-t-il.

Le DG a enfin rappelé le rôle contra-cyclique du secteur. « Quand tout va bien, les problématiques de financements font partie des choses ordinaires, mais quand tout va mal, on a besoin de la Caisse des Dépôts. On l’a fait en 2008 [suite à la crise financières, les bailleurs sociaux ont racheté près de 30 000 logements « plantés » des promoteurs immobiliers, NDLR] et on l’a fait lors du bicentenaire [en lançant les prêts de haut de bilan bonifiés, NDLR]. Les fonds d’épargne (qui transforment l’épargne réglementée du livret A, du LDDS et du LEP en crédit, ndlr) servent à l’économie en général et notamment au financement des infrastructures puisqu’il faut assurer une continuité entre le bâti et l’urbain. »

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X