Qualité/Sécurité

Concours photo de l’AQC : le meilleur du pire des désordres de la construction

Les désordres photographiés et récompensés lors du 12e Concours Photo AQC sont toujours aussi diversifiés et évocateurs de la pathologie et des désordres qui atteignent encore les bâtiments. Certaines pathologies bien connues persistent, d’autres sont découvertes, et aucun type d’habitat individuel ou collectif n’est épargné.

Le lauréat du Premier Prix de la catégorie générale intitulée « Les désordres dans le bâtiment, la preuve par l’image ! » se voit récompensé d’un prix en carte cadeau d’une valeur de 1 000 €, et les lauréats du Deuxième Prix et du Prix Spécial respectivement de 500 €.

Dans la catégorie étudiant intitulée « Jeune regard sur la pathologie », le lauréat du Premier Prix se voit récompensé d’un prix en carte cadeau d’une valeur de 500 €, et les lauréats du Deuxième prix et du Prix spécial respectivement de 250 €.

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
  • - Le

    Toujours des malfaçons

    Les problèmes des malfaçons ne sont pas près à s’arrêter. Rien n’est fait en France pour sanctionner les entreprises qui ne respectent pas les règles de l’art. En effet si les défauts apparaissent un an après la date d’achèvement, la dommage ouvrage est votre seul recours et si celle-ci considère que la malfaçon ne rend pas le bâtiment inhabitable, vous vous retrouvez tous seul et sans aucun moyen d’action. L’entreprise peut continuer à mal travailler. Et ce n’est pas les contrôles inefficaces de l’état qui pourront changer la donne. Seul un système de contrôles suivis de sanction et de recours devant les tribunaux pourront faire réagir les entreprises.
    Signaler un abus
  • Commenter cet article
Votre avis ?
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X