Construction Numérique

Concours Domolandes : suspense chez les starts-up

Mots clés : Création d'entreprise - Démarche environnementale - Efficacité énergétique - Lieux de travail - Réglementation thermique et énergétique

Le palmarès du 5e Concours national de la création d’entreprise construction durable Domolandes sera dévoilé mardi 7 juin, à Paris, en direct des 10e Rencontres de la performance énergétique. Pour les huit start-up innovantes nomminées, la tension monte.

Le cœur des start-uppers les plus entreprenants s’emballe ! Plus que quelques jours à attendre pour connaître le nom des lauréats du 5e Concours national de la création d’entreprise construction durable, organisé par le technopôle Domolandes, spécialisé sur les thématiques de l’éco-construction et du numérique appliqué à la filière du BTP. Le grand jury national doit se réunir lundi 6 juin dans les locaux d’Icade, à Aubervilliers (Seine-Saint-Denis). Et le palmarès sera dévoilé le lendemain, au Pavillon Royal, à Paris, dans le cadre des 10e Rencontres de la performance énergétique (RPE), portées par Le Moniteur et l’Ademe.

Cette année, explique Jean Fone Tchoura, directeur général de Domolandes, « l’accent est mis sur le numérique, qui est un des grands défis du secteur bâtiment ». Deux prix seront attribués, comme à l’accoutumée, mais désormais l’un d’entre eux récompensera des projets de développement d’outils, de logiciels, de méthodologies ou de systèmes en lien avec la maquette numérique. L’autre reste consacré à l’innovation générale dans le domaine de la construction durable. Le concours est doté de 60 000 euros.

Plus de 100 dossiers de candidature ont été adressés à Domolandes parmi lesquels 53 nominés ont été retenus pour être soumis au comité de sélection qui, au début du mois de mai, a choisi d’en présenter huit au Grand jury national.

Bim&Co (plateforme de travail collaboratif dédiée aux contenus pour le BIM, Saint-Romain
), PlaceDesArtisans.fr (plateforme numérique pour accompagner l’artisan dans la transition numérique du bâtiment, La Rochelle), Deepki (la solution d’analyse des données du bâtiment au service de l’efficacité énergétique, Paris), NOTRePLU (traitement numérique des PLU, les plans locaux d’urbanisme, Pau) se disputeront le prix de l’innovation numérique.

 

Des « pépites » de l’innovation bâtiment

 

Necobac (aire de lavage mobile destinée aux métiers du gros œuvre, Nîmes
), Isostream (dispositif d’isolation et d’échange thermique, Cenon), Smart Cast (solution technologique novatrice permettant d’industrialiser la fabrication des planchers en béton, Nantes) et Woodoo (bois polymérisé, un biomatériau aux « super-pouvoirs », Paris) concourront pour le prix de l’innovation générale.

Domolandes est un pôle entièrement consacré à la construction durable et dédié aux entreprises de la filière du bâtiment. Il a été créé en 2011 par le Conseil général des Landes associé à la Communauté de communes Maremne Adour Côte-Sud. Il est installé à Saint-Geours-de-Maremne (Landes). Le Concours national de la création d’entreprise construction durable est soutenu par Bouygues Construction, EDF, Icade, Leon Grosse, GCC, Demathieu Bard, Paris Ouest Construction, CIFE-Groupe ETPO et Le Moniteur .

En quatre ans, le concours Domolandes est devenu le grand rendez-vous des start-up françaises de l’innovation bâtiment. Il a contribué à faire connaitre quelques-unes des « pépites » du secteur et à leur faciliter développement et accès aux marchés. Au fil du temps, les organisateurs ont dégagé le profil du nomminé « idéal » en analysant les 202 dossiers de candidatures jusqu’alors retenus.

Ainsi, la moyenne d’âge des nominés n’est pas si basse qu’on pourrait le penser, puisqu’elle s’élève à 45 ans. Principalement originaires des régions d’Ile-de-France et de Rhône-Alpes, ceux-ci sont majoritairement ingénieurs (37%) et chercheurs (22%). Enfin, l’objectif des nominés qui participent à Domolandes est de développer leur chiffre d’affaires (16%), augmenter leur part de marché (7%) et gagner en visibilité (7%). Par ailleurs, près du tiers des innovations présentées concernent des « solutions constructives » et des moyens de rénovation innovants. Viennent ensuite les produits et matériaux innovants (18%) puis l’efficacité énergétique (17%).

Focus

Composition du jury

Le Grand jury national compte 29 membres : Henri Emmanuelli, président du Jury, président de Domolandes, député, président du Conseil Départemental des Landes, président du Conseil de surveillance de la Caisse des dépôts et consignations ; Eric Kerrouche, vice-président de Domolandes, président de la Communauté de communes Maremne Adour Côte-Sud ; Marie-Luce Godinot, directrice Innovation et développement durable de Bouygues Construction, Philippe Bénichou, directeur du Développement territorial d’EDF commerce Sud-Ouest, Nicolas Nectoux, directeur de l’innovation d’Icade, Bertrand Grosse, président du directoire de Léon Grosse ; Jacques Marcel, président du directoire de GCC, Philippe De Lamarzelle, directeur régional de Demathieu Bard Construction, Jean-Baptiste Bouthillon, président directeur général de Paris Ouest Construction, Olivier Tardy, président directeur général de CIFE-Groupe ETPO, Bernard Bonnet, expert en bâtiment, Bertrand Delcambre, président du Plan transition numérique dans le bâtiment, Katy Narcy, directrice adjointe au développement du Centre Scientifique et Technique du Bâtiment (CSTB), Thibault Gimond, ingénieur énergie à la Fédération française du bâtiment (FFB), Gabriel Desgrouas, secrétaire confédéral adjoint de la Capeb, Patrick Nossent, administrateur de France GBC, Laurent Carraro, directeur général d’Arts et Métiers ParisTech, Alain Maugard, président de Qualibat, Richard Cantin, enseignant- chercheur à l’Ecole nationale des travaux publics de l’Etat, Philippe Mustar, professeur Innovation et Entrepreneuriat de l’Ecole des Mines Paristech, Marc Pouly, directeur des études de l’ESTP Paris, Olivier Aucouturier, directeur de l’ESITC Cachan, Hassane Akka, responsable partenariats et entrepreneuriat à l’Ecole nationale des ponts ParisTech, Fabrice Léger, responsable des formations en entrepreneuriat à l’école Centrale de Lille, Claire Sallenave, directrice déléguée Ifsttar, Alain Bugat, président de l’Académie des technologies, Jérôme Gatier, directeur du Plan bâtiment durable, Dominique Restino, président de l’APCE, et un représentant de la rédaction du Moniteur.

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X