Profession

Concours d’idées : un pavillon Charlie… mais sans Charlie

Un appel à projets pour la création d’une structure d’exposition mobile dédié à la défense de la liberté d’expression a été lancé par la plate-forme Bee Breeders. Le pavillon porterait le nom de Charlie Hebdo… mais le journal satirique n’est pas partie prenante dans cette initiative.

Tout le monde est Charlie. Et depuis la mi-janvier, c’est aussi le cas d’un concours d’idées d’architecture. Lancée par le site Bee Breeders, la compétition invite à imaginer un « Pavillon mobile Charlie Hebdo ». Il s’agit pour les candidats de dessiner une structure démontable et transportable qui permettra d’héberger, en différents sites, des expositions consacrées à la liberté d’expression.

Bee Breeders, qui se présente comme une société « organisatrice de concours d’architecture » enregistrée à Honk-Kong et composée d’une « équipe internationale de professionnels en relation avec l’industrie de la construction » a en effet voulu montrer son soutien à cette cause une année après l’attaque meurtrière menée contre le journal satirique. « Pour nous, cet attentat a représenté une attaque directe et symbolique à l’encontre de la liberté d’expression occidentale », a écrit au « Moniteur » une représentante de Bee Breeders. La cause est donc louable et dans la lignée de certains des concours organisés par la plate-forme. Elle avait ainsi déjà proposé d’imaginer un pavillon dédié à l’éducation en matière de tolérance politique et religieuse sur la place Rouge à Moscou.

 

Charlie « ni associé, ni même au courant »

 

Cependant, le présent concours se déroule sans la participation des principaux intéressés. En effet, l’équipe de Charlie Hebdo a fait savoir qu’elle n’était « pas associée, ni même au courant de cette compétition ». Du côté de Bee Breeders, on explique : « nous avons essayé de contacter Charlie Hebdo, mais jusqu’ici sans succès ».

Toujours est-il que les personnes désireuses de participer peuvent s’enregistrer jusqu’au 9 mars prochain, pour un palmarès attendu le 6 avril. Il n’est pas obligatoire d’être architecte, la compétition est ouverte à tous… à condition de s’acquitter d’un droit d’entrée variant entre 70 $ US et 140 $ US. Les lauréats remporteront un prix également en dollars sonnants et trébuchants : 6 000 $ pour le premier prix, 3 000 $ pour le second et 1 000 $ pour le troisième. Et il leur est promis « une large couverture médiatique ».

Focus

Une œuvre commémorative pour les victimes des attentats du 13 novembre

L’association Génération Bataclan a, de son côté, lancé un appel à projets ouvert « aux artistes, sculpteurs, architectes, plasticiens français sensibles au devoir de mémoire et au respect de nos valeurs républicaines, désireux de créer une œuvre mémorielle citoyenne en hommage aux victimes des attentats du 13 novembre 2015 à Paris. »

Les candidats ont jusqu’au 10 février prochain pour adresser leur dossier. Les noms des finalistes sélectionnés seront connus le 1er mars. Le lauréat sera désigné le 15 mars, après un vote sur Internet.

L’artiste choisi collaborera ensuite avec un architecte mandaté par l’association afin de mener la réalisation de l’œuvre en l’intégrant au mieux au site envisagé, boulevard Voltaire, en face du Bataclan. Le montant de cette réalisation est évalué à 100 000 €.

L’œuvre devra être achevée pour être inaugurée le 13 novembre 2016.

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X