Industrie/Négoce

Concentration chez les loueurs de grues

Mots clés : Matériel - Equipement de chantier

Franmat rejoint Matebat et Arcomet sur fond de crise.

Marc Colombani, président et fondateur de Franmat, spécialiste de la location de grues à tour, a cédé son entreprise au fonds d’investissement LFPI présidé par Fabien Bismuth. Ce fonds possède déjà la majorité des parts dans le groupe Holgat, propriétaire de Matebat en France et d’Arcomet en Belgique. Cette holding devient incontournable dans le secteur de la location de grues à tour, Arcomet étant actif internationalement (Europe, USA et Asie), Matebat étant présent sur toute la France et Franmat implanté à Paris, Lyon et Orléans. Le parc de Franmat s’élève à 145 grues, celui de Matebat à 525.

« Marc Colombani croit en l’avenir du rapprochement de ces loueurs de grues à tour qui pérennisera ce métier très spécialisé et lui rendra sa valeur ajoutée », explique Franmat dans un communiqué. Il fait référence à un secteur en crise.

En effet la location de grues à tour souffre depuis 2009, avec des tarifs plongeant de 50%. « Il y a 1 000 grues en trop sur le marché français », s’alarmait au début de la crise Jack Stive, le Président de Sofral, loueur indépendant. Or les prix ne se sont pas redressés depuis. Les loueurs de grues ont tous dans leur parc des matériels anciens (une grue à tour s’exploite pendant une trentaine d’année) qu’ils peuvent brader.

Parallèlement des centaines de grues espagnoles sont à l’arrêt et saturent le marché de l’occasion, empêchant le déstockage. Un malheur n’arrivant jamais seul, le fabricant Liebherr a décidé de louer lui-même ses matériels. Il a doté la France d’un parc de 180 grues et compte sur sa puissance (9,1 milliards d’euros de chiffre d’affaires 2013) pour s’accaparer 40% du marché. Or celui-ci reste limité car les grands groupes du BTP possèdent également leur parc propre qui couvre environ 50% de leurs besoins. Cette mauvaise santé économique fait du secteur de la location de grues à tour un terrain favorable aux cessions, rapprochements et concentrations. Celle-ci en est l’illustration.

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X