Innovation produits

Comptage et affichage : ces poils à gratter de la RT2012

Mots clés : Réglementation thermique et énergétique

Des solutions de comptage et d’affichage des consommations, par énergie et par usage, arrivent juste sur le marché. Plusieurs sont en démonstration à Interclima.

Le comptage et l’affichage des consommations embêtent tout le monde. C’est techniquement complexe à mettre en œuvre. L’investissement initial n’est pas négligeable et les systèmes de comptage requièrent une maintenance. De nombreux acteurs se demandent si les économies attendues seront significatives, notamment dans des logements et dans des bâtiments très économes en énergie. Mais la réglementation le demande, il faut le faire.

Des solutions apparaissent en maison individuelle, deux ou trois sont raisonnables et efficaces en logements collectifs. En tertiaire, c’est plus compliqué. Si certains processus – tout ce qui est électrique, par exemple – se prêtent facilement au comptage, c’est beaucoup plus difficile, voire techniquement inaccessible dans les termes demandés par la RT 2012, pour de nombreuses solutions CVC (chauffage, ventilation, climatisation) couramment utilisée en tertiaire.

 

Comptage : que demande la RT 2012 ?

 

Tout est contenu dans l’arrêté du 26 octobre 2010 « relatif aux caractéristiques thermiques et à la performance énergétique des constructions ». Pour le logement collectif, l’article 23 demande de mesurer ou d’estimer les consommations d’énergie de chaque logement. Ces systèmes doivent permettre d’informer les occupants de leur consommation d’énergie au moins mensuellement. L’information est délivrée dans le volume habitable et distingue : chauffage, refroidissement, ECS, réseaux électriques et « autres ».

Si le Maître d’ouvrage est aussi le futur propriétaire-bailleur du logement, l’information peut être délivrée par voie électronique ou postale et pas nécessairement par affichage dans le volume habitable. En maison individuelle, les obligation sont similaires à celle du collectif. En tertiaire, article 31, la mesure ou le calcul localisés de la consommation d’énergie sont obligatoires pour le chauffage, le refroidissement, la production d’eau chaude sanitaire, l’éclairage, le réseau des prises de courant, les centrales de ventilation, ainsi que pour les départs électriques d’une puissance supérieure à 80 Ampères.

Le texte précise qu’en ce qui concerne le chauffage, le refroidissement, l’éclairage et le réseau des prises de courant, ce comptage ou calcul de consommation d’énergie s’effectue par tranche de 500 m² de SURT (surface utile au sens de la RT, définie à l’Annexe III de l’arrêté du 26 octobre) ou par tableau électrique ou par étage ou par départ direct.

 

Tertiaire : de très simple à quasi-impossible

 

Pour ce qui concerne l’électricité, il suffit de poser des compteurs sur chaque départ dans les armoires électriques. La plupart des équipementiers – ABB, Legrand, Schneider Electric ou Hager – proposent des appareils deux en un, à la fois disjoncteurs et compteurs liaisonnés. Pour certaines applications CVC, comme les DRV (débit de réfrigérant variable), les fabricants proposent des solutions de comptage complète, capables de compter les consommation unité intérieure par unité intérieure, de regrouper les unités intérieures par pièce et de transférer tout ça, à travers des passerelles qui décodent leur protocoles propriétaires, vers des GTB recevant du KNX, du LonWorks ou du BACNet. Pour d’autres solutions techniques, les ventiloconvecteurs, les plafonds et les poutres froides, il faut poser un (2 tubes et change-over) ou deux (4 tubes) ensemble de comptage (compteur de débit, plus sonde de température et intégration du ΔT) par sous-ensembles d’émetteurs.

Pour d’autres solutions enfin, les systèmes tout air notamment, il n’existe pas de solutions technique de comptage terminal. Il faut donc compter dans la CTA et répartir en fonction des surfaces ou des volumes. Une fois les comptages en place, l’acquisition, le traitement, la restitution claire ne sont plus très compliqués et sont pris en charge par des applications informatiques liées à la supervision. Topkapi Pack Energie d’Altea en est une et sera exposée à Interclima.

 

En maison individuelle : plusieurs systèmes ambitieux

 

A Interclima, Toshiba Climatisation présente l’application Pluzzy, développé avec IJENKO, une start-up française de 25 personnes environ. Pluzzy repose sur une installation matérielle dans le logement et sur une plateforme de services internet (Cloud) à la fois pour les installateurs et pour les occupants du logement. Dans le logement, on trouve une unité centrale avec intelligence embarquée, compatible avec toutes les box internet des providers français, des prises pilotées, des capteurs, une acquisition pour données de compteur électrique.

D’autres accessoires sont peu à peu développés (alarme, contrôle d’intrusion, etc.). L’unité centrale Pluzzy communique avec les appareils du logement par radio HF sous le protocole Zigbee Pro et pilote jusqu’à 255 appareils. Elle envoie les données vers la plateforme sécurisée https://pluzzy.net. Le module de comptage est compatible avec les compteurs électroniques et restitue la consommation en kWh et en €. Les prises intelligentes permettent un pilotage on/off des appareils connectés, mais constituent aussi des compteurs divisionnaires – mesure des consommations appareil par appareil – et un relais Zigbee (structure de réseau en toile d’araignée). La plateforme sécurisée organise les données, les restitue sur tout appareil équipé d’un navigateur internet et permet le pilotage des appareils du logement à distance grâce à deux applications Android et iOS pour tablettes et smartphones.

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
  • - Le

    Economie long terme

    En maison individuelle l’effet de comptage et l’affichage n’est pas long terme… il commence avec une réduction de consommation de 5 à 10% mais long terme environ seulement 3%. www.parliament.uk/briefing-papers/sn06179.pdf‎
    Signaler un abus
  • - Le

    Juge ET arbitre

    EDF conservant son monopole des compteurs (qu’il va faire payer indirectement aux consommateurs) va rester seul maître en cas de contestation ! pour ne pas changer …
    Signaler un abus
  • - Le

    Lecture des consommations dans la maison

    Bonjour, En matière de lecture des consommations dans le tableau électrique, on peut aussi citer d’autres autres marques françaises : Schneider electric, Oyoma et Legrand. Je pense que les uns et les autres ont différents atouts et surtout, font pénétrer la domotique dans l’habitat. Cordialement, Rémi Jonquières
    Signaler un abus
  • Commenter cet article
Vous êtes intéressé par le thème Innovation produits ?
  • Découvrez les Cahiers Techniques du Bâtiment
    Le magazine qui traite des innovations produits, des évolutions techniques et de l’actualité règlementaire dans tous les corps d’états.
    Voir le site

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X