Industrie/Négoce

Comment Séguret Décoration retravaille ses showrooms

Mots clés : Architecture intérieure - Bâtiments d’exposition - Politique du logement

Des produits et des matières : c’est la base du concept que Seguret Décoration est en train de décliner dans ses 15 showrooms, dont le dernier en date est celui de Rodez, navire amiral de l’enseigne. Sa spécificité ? Il est conçu comme un appartement, pour aider le client à se projeter encore plus vers son projet final.

Que manque-t-il à l’ère de l’e-commerce ? La possibilité de toucher ce que l’on souhaite acheter. Car aussi riche soit-elle, la vitrine internet ne permet pas de percevoir la réalité de l’objet, dont elle offre, au travers de l’écran de l’ordinateur, une vision forcément tronquée, que ce soit en termes de coloris, d’effets de surface, de dimensions… Impossible d’apprécier les matières et les couleurs, de coordonner et de comparer…

C’est dans l’idée d’offrir ce qu’internet n’offrira jamais (en tout cas pas pour le moment) que Séguret Décoration a conçu ses nouveaux showrooms, qui abritent des centaines d’échantillons, tous à portée de main, c’est-à-dire hors boîtages et emballages.

Testé d’abord à Montpellier et progressivement décliné dans les 15 points de vente du groupe – le programme de rénovation va encore s’étaler sur deux ans –, ce nouveau concept vient d’être appliqué à Rodez, dont le point de vente s’étend sur 900 m².

 

Dans le détail, les showrooms sont organisés autour d’un îlot central. A Montpellier, il accueille des espaces de travail, tandis qu’au showroom de Rodez, il est conçu comme un appartement de 70 m2, dans lequel sont présentés une chambre, une salle de bains, un bureau…

 

 

Le visiteur tourne autour de cet espace d’inspiration pour découvrir les quelque 1000 échantillons de produits – peintures, revêtements de mur ou de sol… – mis à sa disposition. Des petits bureaux sont prévus, qui peuvent accueillir le client final et tous les acteurs du projet.

Plus que des vendeurs-vendeuses, des décorateurs-décoratrices les entourent, capables de suggérer des harmonies, de se déplacer chez le client, de s’occuper de la déco du début à la fin…

 

Ça marche ? Oui, affirme Marc Séguret, gérant de l’entreprise, qui constate un regain de fréquentation dans les nouvelles salles. Il s’agit aussi bien de particuliers que de professionnels, qui s’approprient ces nouveaux lieux. « Le peintre est avant tout un applicateur, il ne sait pas forcément présenter les produits, analyse Marc Séguret. Hier, on lui proposait des valises d’échantillons. Aujourd’hui, on met à sa disposition ces espaces de travail, pour lui et ses clients : « Venez chez Séguret, nous allons choisir les produits. »

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X