Industrie/Négoce

Comment Schneider Electric est en passe de devenir le numéro un mondial des Commutateurs de Transfert Automatique

Mots clés : Concurrence - Entreprise du BTP - Industriels du BTP

Le spécialiste de la gestion de l’énergie et des automatismes vient d’annoncer le rachat pour 1,072 Mds d’euros d’Asco Power Technologies, l’un des leaders aux Etats-Unis sur le marché des Commutateurs de Transfert Automatique (CTA).

L’Amérique du nord, nouvel eldorado de la basse tension pour Schneider Electric. Le géant mondial de la gestion de l’énergie et des automatismes a annoncé l’acquisition pour 1,072 Mds d’euros d’Asco Power Technologies, un des principaux acteurs aux Etats-Unis sur le marché des Commutateurs de Transfert Automatique (CTA). Ces équipements électriques transfèrent automatiquement l’approvisionnement des bâtiments critiques vers une source de secours en cas de coupure d’électricité.

Asco, propriété du groupe américain Emerson Electric Company, compte actuellement près de 2000 collaborateurs, principalement aux Etats-Unis, et sept sites industriels. Son chiffre d’affaires a atteint 468 millions de dollars en 2016 pour une marge EBITDA d’environ 23%. Fondée à Baltimore, la société a lancé une première gamme de CTA en 1925 avant d’élargir son offre à la surtension, aux bancs de charge, aux pompes à incendie et applications de contrôle. Les produits d’Asco sont commercialisés sous les marques Asco, Firetrol, Avtron, Fromet. « Sa position de leader des Commutateurs de Transfert Automatique en Amérique du Nord complète l’offre actuelle de Schneider Electric d’équipements de distribution électrique en Amérique du Nord et renforce notre leadership mondial dans la gestion de l’énergie », a commenté Jean-Pascal Tricoire, président-directeur général de Schneider Electric. Pour rappel, le groupe réalise 28% de son chiffre d’affaires en Amérique du Nord.

 

Renforcer son architecture IoT

 

Déjà numéro un en Chine, la compagnie française entend devenir, via cette acquisition, le leader mondial des CTA. Ce marché représente pour le groupe de fortes opportunités de croissance sur le long-terme car « de plus en plus de clients tertiaires et industriels optent pour une alimentation électrique multi-sources ou autonome », observe Schneider Electric dans un communiqué.

Avec Asco, le groupe espère aussi améliorer les capacités de son programme EcoStruxure power, l’architecture ouverte et interopérable créée en 2016 visant à déployer massivement les objets connectés sur les marchés des bâtiments, des infrastructures, de l’industrie et des centres de données.

L’opération qui doit être finalisée d’ici la fin de l’année doit également permettre à la multinationale française de se renforcer dans la basse tension pour le bâtiment qui pèse 43% de son chiffre d’affaires. Depuis le début des années 2000, Schneider Electric a musclé son offre en procédant à une série d’acquisitions : Clipsal en 2003, OVA, Merten et GET en 2006, Marisio et Wessen en 2008, Conzerv en Inde (2009) et Steck au Brésil (2011). Le groupe s’est renforcé dans la conversion aux énergies renouvelables avec le rachat de Xantrex.

 

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
Votre avis ?
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X