Logement

Comment mobiliser le foncier privé, cette denrée chère et pas si rare

Mots clés : Bâtiment d’habitation individuel

Le député de Seine Saint-Denis, Daniel Goldberg, présentera le 16 février prochain devant la commission des affaires économiques de l’Assemblée nationale un « rapport d’information sur la mobilisation du foncier privé en faveur du logement ». Son but : libérer les terrains et faire baisser leus prix qui ont bondi de 71% entre 2006 et 2014.

L’enchaînement de la crise de la construction de logements est bien connu : un foncier rare donc cher entraîne la construction d’opérations offrant des logements trops chers pour une population qui n’est pas assez solvable.

Pour sortir de cette logique, le levier de la « solvabilisation » des ménages a été actionné avec le nouveau PTZ notamment. Le levier de la mobilisation du foncier public a également été actionné. Mais le foncier privé, cible de choix, reste bien compliqué à atteindre. C’est pourtant essentiel car les terrains existent. Et leur prix élevé ne serait que le résultat d’un jeu spéculatif entre les propriétaires et les promoteurs : le terrain peut être acheté cher, car le manque de logements permet de vendre des biens à un prix élevé.

Pour sortir de cette logique et permettre d’actionner le levier du foncier privé, Daniel Goldberg, député (PS) de Seine-Saint-Denis et un groupe de quatre parlementaires, ont planché sur des propositions réunies dans un rapport qu’ils présenteront le 16 février devant la commission des affaires économiques de l’Assemblée nationale.

Avec ce rapport, l’élu socialiste souhaite « engager une mobilisation effective pour construire en nombre des logements adaptés aux revenus des...

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X