Commande publique

Comment La Réunion ouvre les portes de la commande publique aux TPE et PME

Mots clés : PME

Le territoire a créé des dispositifs pour favoriser l’accès des petites entreprises à la commande publique.

La Réunion s’impose comme un véritable laboratoire d’expérimentation sur la place des TPE et PME dans la commande publique. Un positionnement conforté par la loi pour l’égalité réelle outre-mer du 28 février (*), selon laquelle les acheteurs publics ultramarins peuvent réserver jusqu’à un tiers de leurs marchés aux TPE-PME locales. Mais plutôt que de « Small business act », Dominique Vienne, président de la CPME (Confédération des petites et moyennes entreprises) Réunion, à l’origine de la démarche, préfère parler de « Stratégie de bon achat ». Le SBA à la sauce réunionnaise ne vise pas à fixer des quotas de marchés publics pour les TPE-PME, mais plutôt à leur ouvrir la voie pour décrocher plus facilement des contrats.

 

A ce jour, une dizaine de donneurs d’ordre publics ont répondu présent. Parmi eux, le département et la région de la Réunion, le CHU, les Villes de Saint-Denis, Saint-Leu, Petite-Ile et Le Port, la communauté intercommunale du nord de la Réunion (Cinor), un bailleur social et plusieurs sociétés d’économie mixte.

 

 

Graver dans le marbre les engagements

 

Première agglomération de l’île, la Cinor a signé sa première convention de SBA en 2013, gravant dans le marbre plusieurs engagements. « Chaque année, nous organisons une « journée du territoire » pour rencontrer les entreprises locales et annoncer notre programme prévisionnel de travaux », précise Jean-Paul Lefèvre, directeur général adjoint de la Cinor.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X