Réalisations

Cohésion sociale et architecture : l’UNSFA ouvre le débat

Pour son 36e congrès, qui se tiendra à Paris les 6, 7 et 8 octobre, l’Union des architectes s’inscrit dans l’actualité et propose à tous les architectes un large débat sur le thème « Architecture et cohésion sociale ».

Jean-Louis Borloo, ministre de l’Emploi, de la Cohésion sociale et du Logement, sera bien évidemment présent tout comme Dominique Perben, ministre de l’Équipement et Renaud Donnedieu de Vabres, ministre de la Culture et de la Communication. Ce dernier remettra d’ailleurs, le samedi 8 octobre, le 5e Prix du projet Citoyen qui récompense un projet exemplaire du point de vue de la concertation citoyenne (usagers, clients, riverains) et la relation du maître d’ouvrage, maître d’œuvre, maître d’usage.

Pour les organisateurs, le thème « cohésion sociale et architecture » invite à une réflexion sur la définition du statut et du rôle de l’architecte face à ces nouveaux défis.
« L’architecte doit intégrer l’évolution de la société et anticiper les pratiques futures » déclare François Pelegrin, président de l’UNSFA.

Les deux tables rondes du vendredi 7 octobre permettront de mieux cerner les difficultés, les contraintes, les demandes pour bâtir un cadre de vie de qualité. Ainsi, la table ronde n° 1 recensera les « attentes et exigences » des citoyens pour corriger un urbanisme qui jusqu’à présent les dépasse et les étouffe…
La table ronde n° 2 déclinera les « propositions » de bonne gouvernance, c’est-à-dire de démocratie participative et non plus représentative.

Parmi les autres thèmes abordés, l’environnement sera bien évidemment au cœur des débats. « Il est urgent d’appliquer le concept du Développement Durable à notre secteur d’activité en mettant enfin en pratique le vrai coût global qui doit intégrer le coût éventuel du mal vivre, facteur d’énormes surcoûts sociaux »explique François Pelegrin qui ne désespère pas de voir se concept s’imposer dans la construction.
« Il est urgent de refreiner l’étalement urbain au profit du renouvellement urbain, poursuit-il. En vertu du principe du développement durable, la majeure partie des villes ne pourront plus élargir leur frontières mais devront trouver leur ressource intra muros ».
Pour l’UNSFA, ce n’est qu’en agissant sur les phases amont (faisabilité, programmation, conception) que des économies durables pourront être engendrées.

Focus

Votre avis ?
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X