Santé

CO2 : les émissions liées au bâtiment en hausse

Le total des émissions de GES calculé sur le périmètre du protocole de Kyoto a diminué de 0.6 % entre 2007 et 2008. Mais dans le secteur résidentiel/tertiaire, les émissions ont augmenté de 7.7%.

Conformément à ses engagements dans le cadre de la Convention Cadre des Nations Unies sur les changements climatiques, la France doit communiquer chaque année son inventaire d’émission de Gaz à effet de serre (GES) de l’avant-dernière année. C’est le centre interprofessionnel technique d’études de la pollution atmosphérique (Citepa) qui s’occupe de les calculer.
Le total des émissions de GES calculé sur le périmètre du protocole de Kyoto s’établit en 2008 à 527 Mt éq. CO2, soit une diminution de 0.6 % entre 2007 et 2008 (soit -3,2 Mt éq. CO2). La diminution observée des émissions entre 2006 et 2007 était de 2%.

– 4,5% dans le secteur transport

La plus forte diminution (-4,5%) a eu lieu dans le secteur des transports (ce secteur ne prend pas en compte les émissions liées à l’aviation internationale ni celles liées au maritime international puisqu’ils ne sont pas considérés dans le protocole de Kyoto). D’après la direction générale de l’énergie et du climat (Dgec), la moitié des gains en émissions dans le secteur transport provient de l’incorporation des biocarburants. Le reste de la baisse s’explique par une diminution des consommations unitaires et une diminution des kilométrages parcourus, liées au ralentissement de l’activité économique. La crise a aussi diminué sensiblement les émissions de l’activité manufacturière de 3,8%.

+ 7,7% dans le secteur résidentiel/tertiaire

Par contre,, les émissions liées au bâtiment ont largement augmenté (+ 7,7%). D’après la Dgec, la hausse des émissions du secteur résidentiel/tertiaire s’explique en partie par les conditions météorologiques plus froides en 2008 qu’en 2007 (coefficient de rigueur climatique de 2007 de 0,94 contre 0,87 en 2007). L’indice de rigueur climatique était ainsi en 2008 équivalent à celui de 2006. Néanmoins, les émissions de 2008 sont légèrement supérieures au niveau de 2006. Pour la Dgec, cette hausse des émissions à rigueur climatique constante s’explique par l’ accroissement du nombre de logements entre 2006 et 2008 (d’après l’Insee + 2,6 %).

 

Votre avis ?
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X