Industrie/Négoce

Cloison de bureau : Clestra reconstruit son usine mère

Le leader mondial de la cloison de bureaux amovible quittera Koenigshoffen, à l’ouest de Strasbourg, pour rejoindre au début 2011 l’ancien site d’Alcatel à Illkirch-Graffenstaden, au sud de la capitale alsacienne.

« Le déménagement de Clestra suscitera une réorganisation complète de nos méthodes de travail », annonce Jean-Pierre Palmer, directeur industriel du groupe strasbourgeois. Le leader mondial de la cloison de bureaux amovible quittera Koenigshoffen, à l’ouest de Strasbourg, pour rejoindre au début 2011 l’ancien site d’Alcatel à Illkirch-Graffenstaden, au sud de la capitale alsacienne. A une organisation en îlots, succédera une continuité du process, depuis l’arrivée de l’acier, de l’aluminium et du verre, jusqu’à l’expédition des produits, en passant par l’atelier de peinture. Colony Capital porte l’immobilier de 15 millions d’euros, alors que Clestra investit 8 millions d’euros dans le process. Forte de 460 salariés au lieu de 435 à Koenigshoffen, la nouvelle usine se déploiera sur 22 000 m2 de locaux réhabilités et 15 000 m2 de construction neuve, dans une structure en forme de U.

Strasbourg, plus compétitive que l’Europe de l’Est


« La qualité du site et de la main d’œuvre locale laissent prévoir un gain de temps et de productivité supérieurs à ce que nous aurions pu attendre d’une implantation en Europe de l’Est », commente Thierry Résibois, directeur général. La décision d’investir intervient dans un contexte conjoncturel plus favorable en 2010 qu’en 2009 : la filiale de la holding Windhurst Participations a bouclé l’exercice écoulé avec un résultat légèrement négatif et un chiffre d’affaires consolidé de 178 millions d’euros, en recul de 14 % sur un an. Un projet de plan de sauvegarde de l’emploi inclut la fermeture du site de Dourdan, qui emploie 70 salariés.
En 2010, le carnet de commandes laisse espérer une reprise de la croissance tirée par l’exportation, et notamment le marché phare d’un collège pour filles en Arabie Saoudite, dont les livraisons ont commencé en octobre dernier : avec 60 000 ml, ce chantier représente à lui seul environ un tiers des capacités annuelles de Strasbourg. Pour renouer avec la croissance, Clestra mise aussi sur ses trois sites d’Inde, de Corée du sud et de Chine, dédiés aux marchés locaux, ainsi que sur le renforcement de ses forces commerciales américaines. Propriétaire de Clestra depuis le second semestre 2008, Windhurst Participations affiche son intention de s’inscrire dans la durée : « Contrairement à un fonds d’investissement, nous ne sommes pas entrés avec la volonté de sortir », insiste Thierry Résibois.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X