Réalisations

Cité de refuge : « une restauration patrimoniale remarquable » pour François Hollande

Jeudi 23 juin, François Hollande a inauguré la restauration de la Cité de refuge dans le XIIIe arrondissement de Paris. Ce bâtiment exceptionnel dans sa symbolique, créé il y a plus de 80 ans par Le Corbusier à la demande de l’Armée du Salut pour accueillir les plus démunis, a retrouvé sa superbe après 48 mois de travaux.

« Une restauration patrimoniale remarquable et un projet social exemplaire », c’est en ces termes que le président de la République a qualifié la Cité de refuge, fraîchement rénovée, lors de sa visite d’inauguration le 23 juin. Conçu par Le Corbusier et ouvert en 1933, ce centre emblématique de l’Armée du Salut, tout juste sorti d’un lifting de 48 mois, a conservé ses mêmes objectifs : accueillir les plus précaires tout en permettant leur réinsertion sociale et professionnelle.
« Le centre était d’abord un bâtiment classé depuis 1975 comme un monument historique avec tout ce que cela peut comporter de fierté et en même temps de contraintes. Et ces contraintes ont été mesurées puisqu’il fallait réhabiliter un lieu d’histoire, un lieu qui avait été tracé par le geste de Le Corbusier et, en même temps, adapter les logements aux exigences de l’habitat pour les plus démunis », a indiqué François Hollande.

Le président de la République a salué le travail des architectes François Gruson et François Chatillon (architecte en chef des monuments historiques), « qui ont su redonner, ici, dans ce XIIIe arrondissement, couleurs, volumes, escaliers et perspectives » et les financeurs : l’Etat, les collectivités locales, Action Logement, la Caisse des dépôts et l’Anah.
« Cette réhabilitation s’inscrit dans un esprit humaniste, celui de l’Armée du Salut et dans l’histoire du lieu », a-t-il dit, rappelant que le centre avait été construit dans « une période de crise (1929-et début des années 30) pour héberger les exilés, les pourchassés et ceux que la crise avait rejetés ».
« Dans la France d’aujourd’hui, les plus fragiles et les plus modestes ont droit de cité et leur cité, ce n’est pas simplement un refuge, mais la République française dans son ensemble »a-t-il conclu.

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X