Industrie/Négoce

Ciment : Lafarge et Holcim seront « à l’heure » pour leur fusion

Dans une interview au Figaro, les dirigeants des groupes cimentiers Lafarge et Holcim assurent vouloir dégager des « synergies encore supérieures » au milliard d’euros évoqué lors de l’annonce du projet de fusion des deux entreprises.

« Chacun des deux groupes a beaucoup à apprendre de l’autre pour que le nouvel ensemble crée plus de valeur ». La fusion entre les cimentiers français Lafarge et suisse Holcim, annoncée en avril 2014, va bon train, à en croire les dirigeants des deux groupes dans Le Figaro du 14 janvier.

Après le feu vert de la Commission européenne obtenu fin décembre, la fusion « sera à l’heure », à savoir actée avant la fin du premier semestre, assurent Bruno Lafont (Lafarge) et Wolfgang Reitzle (Holcim) au journal.

En attendant, les deux groupes s’affairent pour préparer leur mariage : « (…) nous avons promis qu’avec ce projet de fusion nous réaliserions des synergies de 1,4 milliard d’euros. Aujourd’hui, nous travaillons pour dégager des synergies encore supérieures. Par exemple en allant encore plus loin en matière de rationalisation de nos approvisionnements ».

Pour ce faire, ils entendent « réduire le nombre de fournisseurs pour leur garantir des volumes plus élevés et obtenir de meilleurs prix » en matières d’achats.

 

« se focaliser sur la performance du nouveau groupe »

 

Le président d’Holcim, Wolfgang Reitzle, a promis que « la fusion ne donnerait pas lieu à des fermetures de sites industriels et que les conséquences de la fusion sur l’emploi en France seraient donc limitées ». Le siège social de la nouvelle entité sera situé à Zurich, en Suisse.

Quant aux craintes des observateurs de voir Lafarge absorbé, à terme, par Holcim, le dirigeant allemand a rappelé que les deux groupes « pèsent à peu près le même poids » et que « la composition du comité exécutif communiquée juste avant Noël illustre (la) volonté qu’un groupe ne prenne pas le pas sur l’autre ». « Notre souci sera de nous focaliser sur la performance de notre nouveau groupe, a martelé Wolfgang Reitzle. « Il n’y aura pas la place pour des querelles politiques. Nous combattrons tous ceux qui tenteront de jouer à ce petit jeu ».

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X