Réalisations

Christofle vend son ancienne usine d’orfèvrerie de Saint-Denis

La prestigieuse marque d’orfèvrerie Christofle a indiqué vendredi à l’AFP avoir engagé la vente de son site historique de Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), joyau de l’architecture des manufactures du XIXe siècle, confirmant une information du « Parisien ».

La promesse de vente a été signée en décembre 2006 avec un acquéreur dont Christofle ne dévoilera le nom qu’à la signature de l’acte final de vente, prévue à la fin du premier semestre 2007, précise la maison fondée en 1830, qui tient à garder également secret le montant de la transaction.

Véritable village en briques rouges de 21.000 m2 (dont la moitié de bâti) avec maisons, ateliers et allées, l’usine de Saint-Denis, construite en 1876 sur les bords du canal, est l’un des plus beaux témoins du patrimoine industriel de Seine-Saint-Denis. La mairie de Saint-Denis demandait que le site soit classé. La demande d’inscription à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques a reçu fin mars l’avis favorable de la DRAC (Direction régionale des affaires culturelles). Le dossier est actuellement entre les mains du préfet de région. L’actuel musée Bouilhet-Christofle et ses 2.000 pièces d’orfèvrerie « restera dans les murs », ainsi que plusieurs services administratifs, a assuré Christofle à l’AFP. Ils deviendront locataires du site.

L’usine de Saint-Denis a fonctionné comme fabrique de couverts et d’objets d’arts de la table jusqu’en 2004, date à laquelle Christofle a délocalisé l’ensemble de sa production en Normandie. Le site a compté jusqu’à 1.200 salariés. Une partie des locaux vacants était déjà louée, à des artisans notamment. Christofle employait en mars 2007 quelque 680 salariés sur trois sites: Saint-Denis, Yainville (Normandie) et Paris (rue Royale).
(AFP)

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X