Industrie/Négoce

Chez Solarwatt, 28 robots pour toujours plus de panneaux

Mots clés : Electricité - Equipements électriques - Energie renouvelable - Établissements industriels, agricoles, ICPE

Robotisée par un spécialiste travaillant notamment pour l’industrie automobile, l’usine Solarwatt de Dresde, en Allemagne, produit un panneau photovoltaïque toutes les 35 minutes.

Au coeur du parc technologique de Dresde, au Sud-Est de l’Allemagne et à quelques kilomètres de la frontière tchèque, se trouve le quartier général de Solarwatt. Pionnière de l’industrie photovoltaïque dans les années 70 et parmi les quelques survivants européens à la tempête qui a secoué la filière ces dernières années, l’entreprise produit ici la totalité de ses panneaux, dans une usine de haute technologie, résultant d’un investissement de 35 millions d’euros il y a quelques années.

 

Automatisation maximale

 

Objectif de l’usine : automatiser au maximum la production pour doper la productivité. Pour y parvenir, Solarwatt s’est appuyé sur Kuka, une entreprise spécialisée dans l’automatisation industrielle et prestataire des grandes marques automobiles allemandes (Daimler, BMW, Volkswagen). 28 robots orange, couleur de l’entreprise, s’activent donc pour assembler les panneaux Solarwatt. Quelques salariés demeurent, pour les nombreux contrôles mais aussi pour les opérations ne pouvant être effectuées que manuellement. Les effectifs varient au gré des commandes, sur un marché marqué, en Allemagne, par une forte saisonnalité. Les clients outre-Rhin se décident surtout aux beaux jours.

 

Tedlar et bi-verre

 

Sur cette ligne de production moderne sortent deux types de panneaux : les traditionnels avec la face avant en verre et la face arrière en Tedlar, et la grande nouveauté, le panneau bi-verre. Solarwatt fait partie des quelques fabricants à proposer cette technologie depuis deux ans. Beaucoup plus robuste, elle évite toute dégradation des cellules lors de la pose ou sous l’action du vent, à tel point que Solarwatt garantit 30 ans son produit.

L’intérêt du bi-verre est connu de longue date, mais le poids des panneaux ainsi constitués a longtemps freiné le développement. Difficile d’installer en toiture un panneau de 60 kg ! Le regain d’intérêt provient de l’usage de deux plaques de verre de 2 mm d’épaisseur chacune. Une performance qui rend les panneaux bi-verre d’un poids comparables aux produits en verre et Tedlar et qui contribue à les imposer petit à petit comme le standard du marché.

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X