Logement

Cécile Duflot précise sa feuille de route

Mots clés : Aménagement du territoire - Bâtiment d’habitation individuel - Gouvernement

La ministre de l’Egalité des territoires et du Logement, Cécile Duflot, a donné quelques précisions sur sa feuille de route lors de son audition devant la commission « Affaires économiques » et « Développement durable et aménagement du territoire » du Sénat le 10 juillet dernier.

Après avoir développé sa conception de l’égalité des territoires (« l’égalité ne veut jamais dire uniformité ou unicité, c’est plutôt reconnaître la diversité des contextes locaux en donnant comme seule perspective aux politiques publiques : l’ambition de la justice ») et en s’inscrivant en rupture avec ses prédécesseurs, le ministre a expliqué que cette nouvelle politique était aussi intimement liée à la nouvelle étape de décentralisation qui va s’engager : « restaurer la solidarité des territoires et la cohésion nationale passe par une politique de péréquation rénovée entre collectivités riches et pauvres, entre territoires aisés et fragiles ».

 

Un Anru 2 avant la fin de la mandature

 

Cécile Duflot a également explicité ses projets pour la ville. La ministre s’est ainsi engagée à supprimer les zonages de la politique de la ville « au profit d’un périmètre unique resituant les quartiers défavorisés dans les dynamiques d’agglomération, au service d’un projet global de territoire ». Ce périmètre « distinguera la situation des villes qui ont des quartiers défavorisés des villes entièrement défavorisées » mais « ciblera aussi les territoires qui ont structurellement peu de ressources et beaucoup de charges socio-urbaines ». Y sera associé un « contrat unique transversal » qui  fusionnera les projets de développement social (CUCS) et les projets de rénovation urbaine (PRU).

Cécile Duflot a par ailleurs confirmé que « le PNRU sera mené à son terme » et précisé qu’ « une nouvelle étape s’engagera avant la fin de la mandature ».
Parmi les autres sujets sur lesquels elle souhaite avancer, citons : la mise en place d’une couverture haut débit puis très haut débit pour tous ; la relance d’une ambition nationale de désenclavement, « en déclinant, dans des schémas régionaux, des objectifs d’amélioration de l’accessibilité et de la desserte des territoires » ; et la structuration des métiers de l’aménagement du territoire et développer une ingénierie publique innovante, décentralisée et écologique.

 

Eviter un urbanisme générique

 

Cécile Duflot l’a confirmé : elle ira vers plus de mixité sociale dans les grands centres urbains en renforçant les obligations de la loi SRU, en réfléchissant aux documents d’urbanisme pour favoriser la planification de la mixité à la bonne échelle, et en « refaisant la ville ». « Il faut prévoir une place pour ses habitants. Pour le geste architectural. Pour la conception de quartiers qui prennent en charge dès leur conception, la logistique, les services, les relations avec le reste des espaces, en privilégiant les circuits courts, qui s’appuient sur des réseaux de chaleur intelligents, sur le transport durable », a-t-elle expliqué. Et d’ajouter : « je veux éviter le risque d’un urbanisme générique, d’une ville sans qualité et sans identité, d’une ville qui se plie aux seuls impératifs financiers et sécuritaires ».

 

Le défi de l’habitat écologique

 

S’agissant de la construction de logements, Cécile Duflot a identifié deux défis majeurs :

– le premier est celui de l’offre. Pour cela, a-t-elle expliqué, il faudra mobiliser des terrains (« un programme de mobilisation du foncier sans précédent sera lancé par le gouvernement dans les mois qui viennent »), il faudra des élus volontaires (« nous étudions la mise en place de moyens incitatifs forts pour les accompagner »), il faudra des investisseurs intéressés par la pierre. De quoi redonner un peu d’espoir aux promoteurs?

– le deuxième défi est celui de l’habitat écologique. L’objectif du Président de la République de doter 1 million de logements d’une performance thermique de qualité est « aussi pharaonique qu’indispensable ». Mais Cécile Duflot souhaite également ouvrir le chantier des matériaux et de leur recyclage, en structurant des éco-filières avec l’aide des collectivités. Tout ceci avec une seule méthode : des politiques d’enjeux nationaux et des modalités de mise en œuvre locales.

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X