Paysage

CDH Group tire les jardins vers le haut

Mots clés : Matériel - Equipement de chantier

Avec un jardin vertical qui l’a hissé dans le trio de tête des trophées du dernier salon Jardins, Jardin, début juin à Paris, le groupe CDH a mis en scène la synergie entre ses trois piliers : les échelles Centaure, les échafaudages Duarib et les brouettes Haemmerlin.

La plus haute des compositions éphémères en compétition n’est pas passée inaperçue, au dernier salon Jardins, Jardin, début juin à Paris : le paysagiste Pierre-Alexandre Risser s’est servi de 15 tonnes d’échafaudages de Duarib pour affirmer sur trois niveaux et 9 m de hauteur sa vision de la fusion entre nature et ville. Cette œuvre lui a valu une place dans le trio de tête du jury du prix de la création paysagère, trophée Daum.

 

Showroom vertical

 

Des miroirs tournés vers les visiteurs ont multiplié l’effet d’attraction exercé par la construction et renforcé le contraste entre l’extérieur extraverti et l’intérieur ombragé, intime et rafraîchissant. Pour sa première apparition dans l’événement parisien annuel du monde des jardins, CDH s’est servi de l’œuvre comme d’un showroom au service de ses trois marques : Duarib pour les échafaudages, Haemmerlin pour les brouettes, et Centaure pour les échelles.

A l’heure de l’apéritif au pied du jardin vertical, Duarib a laissé la vedette à sa petite sœur, leader mondial de la brouette. Pour sa sortie aux tuileries, Haemmerlin a dévoilé son H’Grill, défini comme « la première brouette Barbecue » ou comme un « barbecue tout terrain ». A quelques semaines du défilé de 150 brouettes programmé le 27 août à Saverne (Bas-Rhin), le salon Jardins, Jardin a servi d’ouverture aux festivités du 150ème anniversaire du fabricant alsacien, qui soutient une production annuelle d’1 million d’unités.

 

 

Guerre à la contrefaçon

 

La marque se défend avec d’autant plus de force qu’elle paye en contrefaçons la rançon de son succès mondial : « Dans les pays du Moyen-Orient où nous avons introduit la brouette, Haemmerlin est devenu un nom commun », rappelle Christophe Vinsonneau, P-DG de CDH Group. Sans surprise, la Chine produit les gros contingents de fausses brouettes, avec le vrai logo et la mention « Made in France » que seuls des infrarouges et des hologrammes peuvent démasquer.

La création de CDH Group, en 2011, a intégré la PME familiale dans un trio industriel attaché au made in France : CDH rime avec LVMH, et du haut de ses 90 millions d’euros de chiffre d’affaires issus de cinq usines dont trois en France, Christophe Vinsonneau se plaît à souligner sa convergence avec le major du luxe, dans la défense des marques… Une manière de tirer vers le haut le monde de l’aménagement extérieur, considéré comme une clé de l’art de vivre à la française.

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
Votre avis ?
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X