Grand Paris

CCI Business Grand Paris facilite l’accès des PME à la commande publique

Mots clés : PME

En janvier 2016, la CCI Paris Ile-de-France lançait CCI Business, plate-forme dédiée aux investissements du Grand Paris. Le 13 mars, un premier bilan de ce dispositif essentiellement dédié aux PME-TPE, a été dressé.

A l’horizon 2030, les projets du Grand Paris devraient générer quelque 100 milliards d’euros d’investissements supplémentaires. En janvier 216, pour permettre aux entreprises et notamment aux PME-TPE de profiter de ces opportunités de marchés exceptionnelles, la Chambre de commerce et d’industrie (CCI) Paris Ile-de-France avec le soutien des fédérations professionnelles concernées, du Medef et de la CPME, a lancé CCI Business. Objectif de cette plate-forme: informer les entreprises sur les futurs chantiers le plus en amont possible, les mettre en relation avec les donneurs d’ordre partenaires et les accompagner dans les différentes étapes de la démarche de réponse aux appels d’offres, avec une offre de services dédiés.

 

Dix maîtres d’ouvrage ont rejoint CCI Business Grand Paris

 

Le 13 mars, la CCI Paris Ile-de-France, en présence de nombreux chefs d’entreprises et maîtres d’ouvrage, a dressé un premier bilan du dispositif, rebaptisé «CCI Business Grand Paris». Premier constat, très encourageant pour les dirigeants de la chambre consulaire: dix maîtres d’ouvrage ont rejoint la plate-forme (1) pour l’alimenter en informations sur leurs chantiers et 680 entreprises s’y sont inscrites. La démarche est aujourd’hui soutenue par une douzaine de fédérations professionnelles et onze secteurs d’activités sont représentés. «Nous sommes en train de réussir notre pari», s’est félicité Etienne Guyot, directeur général de la CCI.

Bilan également positif du côté des chefs d’entreprise, qui, lors de cette rencontre, ont surtout mis en avant la possibilité que leur donne la CCI de rencontrer en direct les grands donneurs d’ordre. A l’image de Jean-Marc Médio, président de Parenge, une entreprise de travaux publics (30 millions d’euros de chiffre d’affaires) basée à Antony (Hauts-de-Seine): «CCI Grand Paris Business nous a permis de nous faire entendre. Les tables rondes nous permettent de nous exprimer, de montrer que nous existons et que nous pouvons être utiles».

 

«Les entreprises doivent se regrouper»

 

Les maîtres d’ouvrage présents ont aussi apporté leur témoignage. «Nous arrivons à attribuer 27% de nos marchés à des PME», a précisé Pierre-Denis Coux, directeur des investissements à SNCF Réseau. En 2017, l’entreprise ferroviaire investira 1,7 milliard d’euros en Ile-de-France, dont la moitié en achats de travaux. Chez RTE Ile-de-France Normandie, la part dévolue aux PME est sensiblement la même: 25% des marchés dans les secteurs du BTP, de la gestion des déchets et des espaces verts. «Les PME ne doivent pas nous voir comme un maître d’ouvrage inaccessible», a insisté Régis Boigerain, délégué régional Ile-de-France Normandie de RTE. Quant à Jean-François Stoll, conseiller du président du directoire de la Société du Grand Paris, il a conseillé aux entreprises «de se regrouper».    

 

De nouvelles offres de services proposées aux PME

 

Etienne Guyot a ensuite tracé les perspectives 2017. «La plate-forme sera enrichie par l’arrivée de nouveaux maîtres d’ouvrage, notamment des opérateurs du logement et du logement social. Outre la poursuite des rencontres avec les donneurs d’ordre, nous allons mettre en place, dès le mois prochain, une formation aux marchés publics avec comme objectif de former 120 PME en 2017-2018. Le coût de formation est pris en charge à 50% par les fonds européens»,  a-t-il annoncé.

La CCI Paris Ile-de-France réfléchit aussi à une offre d’accompagnement au financement. «Des contacts sont en cours avec de grands réseaux bancaires pour mettre au point une offre spécifique aux PME du Grand Paris. Nous espérons concrétiser cette idée en 2017», a indiqué son directeur général.

«Je ne vois pas comment l’aventure du Grand Paris pourrait être remise en cause. C’est le chantier du siècle», a lancé Yannick Imbert, secrétaire général aux affaires régionales de la préfecture d’Ile-de-France, en clôture de cette rencontre.

 

(1) Groupe ADP, Epadesa, Etablissements publics d’aménagement de Marne-la-Vallée (Eparmarne/Epafrance), Etablissement public d’aménagement Paris-Saclay (Epaps), RATP, RTE, la Société du Grand Paris, SNCF Réseau, Mairie de Paris et depuis le 13 mars, Enedis.

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
Votre avis ?
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X