Paysage

Catherine Jacquot cherche l’entente avec les paysagistes

Mots clés : Aménagement paysager - Architecture - Conservation du patrimoine - Urbanisme - aménagement urbain

« Nous ne revendiquons pas l’exclusivité de la maîtrise d’œuvre sur les lotissements ». Après la révélation par LeMoniteur.fr des craintes de la Fédération française du paysage (FFP) sur les dispositions du projet de loi Création, Architecture et Patrimoine relatives au permis d’aménager, Catherine Jacquot, présidente du conseil national de l’ordre des architectes, tend la main aux paysagistes concepteurs. Elle a explicité sa position le 18 novembre au cours d’une rencontre, provoquée à sa demande, avec Jean-Marc Bouillon et Ariane Delilez, président et déléguée générale de la FFP.

« Les architectes et les paysagistes concepteurs sont du même côté de la route. Ils défendent les mêmes intérêts ». Etonnée des craintes suscitées, chez ces derniers, par la perspective d’un monopole des architectes sur les mandats de maîtrise d’œuvre des lotissements de maisons individuelles, la présidente de l’ordre des architectes espère aboutir à une entente : « Comme les paysagistes concepteurs, nous défendons la qualité des paysages urbains et naturels, détériorés depuis 40 ans, dans notre pays, par les lotissements », insiste Catherine Jacquot, à l’issue de sa rencontre du 18 novembre avec le président et la déléguée générale de la Fédération française du paysage.

 

Obstacle réglementaire

 

L’entente butte toutefois sur un obstacle légal : « Le statut de profession réglementée donne aux architectes la possibilité de s’inscrire dans la loi qui formalise ces objectifs de qualité », rappelle la présidente. Catherine Jacquot prend acte de l’avancée des paysagistes concepteurs sur la voie d’un statut, inscrit dans le projet de loi Biodiversité du ministère de l’Ecologie. Mais elle souhaite avant tout profiter de la « fenêtre de tir ouverte par la loi Cap, et qui permettra aux architectes d’amener à leur côté les autres professionnels de la maîtrise d’œuvre ».

 

Pré carré

 

Pour preuve de sa bonne foi, la présidente rappelle ses habitudes de travail avec des paysagistes mandataires, et reconnaît la légitimité des grandes signatures du paysage comme celle de Michel Devigne, dans l’aménagement du plateau de Saclay. « Je m’attendais aux réactions de la Fédération du bâtiment, des géomètres ou des constructeurs de maisons individuelles, à qui nous prenons des marchés, pas à celle des paysagistes », s’étonne la présidente. Catherine Jacquot y voit un effet de la situation du marché : « Chez eux comme chez nous, chacun défend son pré carré, parfois au détriment de l’intérêt général ». Les deux professions se retrouvent autour de l’approche transversale de la ville, évoquée lors de la rencontre avec la FFP qu’elle aimerait conclure dans les termes de sa tribune du 2 novembre : « Ne nous divisons pas !».

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X