Aménagement

Casino fait peau neuve au nord de Toulouse

Mots clés : Centre commercial

Au nord de Toulouse, sur la commune de Fenouillet, le groupe de distribution programme un investissement de 100 millions d’euros pour requalifier et agrandir un centre commercial créé en 1978. Ce projet s’inscrit dans le développement du nord de l’agglomération toulousaine qui gagne 20 000 nouveaux habitants par an.

Aux 20 000 m2 de surface commerciales détenues par le groupe Casino sur la zone industrielle de Saint-Jory à Fenouillet, au nord de Toulouse, devraient s’ajouter 51 000 m2 supplémentaires avec, à la clé, 700 recrutements d’ici à 2020. C’est en tout cas la promesse du groupe de distribution qui a signé, le 5 mars à Fenouillet, une convention «Cap 700 emplois» avec Toulouse Métropole et la Ville de Fenouillet.

L’enjeu est de mettre aux standards d’aujourd’hui un centre commercial vieillissant. Créé en 1978 par le groupe autour d’un Géant Casino sur un site laissé vacant par les anciens abattoirs, il fait partie des premiers développés sur l’agglomération toulousaine. Et malgré la concurrence, il a encore du potentiel. Fort de ce constat et d’une zone de chalandise en croissance sur un territoire, entre Montauban (Tarn-et-Garonne) et Toulouse, qui gagne 20 000 habitants par an, Casino programme un investissement global de 100 millions d’euros. Il comprend les 10 millions d’euros financés à parité par Casino et Toulouse Métropole pour réaménager les accès de la zone.

 

Livraison à partir de 2015

 

Réalisé en deux phases, le projet est porté par Mercialys, la foncière du groupe de distribution, associé au cabinet d’architecture espagnol L35.

La foncière prévoit l’implantation de dix moyennes surfaces au sein d’un retail-park, puis l’extension de la galerie marchande actuelle de Géant Casino, dont le nombre de magasins passera de 20 à 70. S’y intégrera un cinéma multiplexe de huit salles portées par Kinepolis. La livraison s’échelonnera de la mi-2015 à mi-2016.

Pour le maire de Fenouillet, Gilles Broquère, «ce projet va servir de catalyseur au développement du nord toulousain», qui passe par l’amélioration des infrastructures et la création à l’horizon 2020 d’une gare multimodale sur le site de l’ancienne usine d’engrais chimiques Soferti. Le doublement du tronçon ferré Saint-Jory-Toulouse, dans la perspective de l’arrivée de la LGV dans la ville rose, rendra possible la mise en service de TER avec un cadencement de quinze minutes. Une partie du site pourrait être dévolue à des activités économiques ou à de l’habitat.

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X