Immobilier

Bureaux franciliens : la demande placée devrait dépasser 2,5 millions de m² en 2017

Sur les neufs premiers mois de l’année, la demande placée de bureaux en Ile-de-France s’élève à 1 765 800 m² (+2% sur un an), selon le groupement d’intérêt économique Immostat. Sur l’année 2017, elle devrait atteindre plus de 2,5 millions de m², contre 2 410 400 m² en 2016.

La demande placée de bureaux en Ile-de-France (volume des transactions locatives et ventes utilisateurs) s’élève à 1 765 800 m² sur les neufs premiers mois de l’année, en hausse de 2% sur un an, selon le groupement d’intérêt économique Immostat, qui réunit quatre entreprises de conseil immobilier (BNP Paribas Real Estate, CBRE, JLL et DTZ). « Cette tendance s’explique essentiellement par le rebond du marché des grandes surfaces (plus de 5 000 m²), qui totalise 723 000 m² pour 50 transactions (+13 %), analyse BNP Paribas Real Estate. En revanche, les petites et moyennes surfaces enregistrent un repli sur un an (-5 %), après toutefois deux années très dynamiques. »

Malgré ce léger recul au niveau des petites et moyennes surfaces, le rechargement des demandes s’intensifie sur ce créneau d’activité, grâce notamment à une bonne croissance de l’emploi francilien (plus de 70 000 créations de postes attendues pour 2017, après 55 000 l’année précédente). Côté grandes surfaces, « notre encours de transactions est excellent et les recherches de plus de 5 000 m² enregistrent une progression notable. Au total, la demande placée dépassera certainement les 2,5 millions de m² en 2017 », examine Eric Siesse, directeur du pôle Bureaux location Ile-de-France de BNP Paribas Real Estate Transaction France. En 2016, elle s’élevait à 2 410 400 m².

 

Des investissements en baisse 

 

Même si la dynamique sur les neufs premiers mois est positive, dans le détail, le 3e trimestre 2017 enregistre une baisse de 3% de la demande placée sur un an, à 589 800 m². Au 30 septembre 2017, l’offre immédiate de bureaux en Ile-de-France s’établit quant à elle à 3 538 000 m² (-2% par rapport à 2016). De même, le loyer facial des bureaux, c’est-à-dire le montant qui ne tient pas compte des mesures d’accompagnement (aide à l’installation, loyers progressifs…) recule à la fois pour les biens de seconde main (-1% sur un an, à 354€ HT HC/m²/an) et pour les biens neufs ou restructurés (-2% sur un an, à 368€ HT HC/m²/an).

Du côté des placements, le montant global des investissements dans l’immobilier d’entreprise francilien s’élève à 4 milliards d’euros pour le 3e trimestre 2017, soit une baisse de 32% sur un an. Une dynamique semblable à celle observée au premier semestre 2017. Le volume arrêté du montant de l’investissement sur les neufs premiers mois de l’année s’établit ainsi à 9,4 milliards d’euros, en baisse de 26% par rapport à 2016. « Au total, les volumes investis en immobilier d’entreprise en France devraient se consolider autour de 28 milliards d’euros en 2017, en baisse par rapport aux années précédentes (32 milliards d’euros en 2016 et 2015), principalement par manque de produits mis sur le marché », anticipe Laurent Boucher, Président de BNP Paribas Real Estate Advisory France. 

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X