Economie

Brexit : quelles conséquences pour la construction en France ?

Mots clés : Gestion et opérations immobilières

La sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne pourrait doper l’immobilier de bureaux à Paris et l’investissement dans les infrastructures hexagonales.

Si personne ne connait encore le résultat du référendum sur le maintien de la Grande-Bretagne au sein de l’Union européenne (réponse vendredi 24 juin à 8 heures), ce fameux Brexit aura en tout cas charrié un certain nombre de fantasmes outre-Manche, mais aussi en France.

L’un des plus répandus est qu’en cas de victoire du « leave », l’Hexagone bénéficierait d’un afflux d’investissements au détriment du Royaume-Uni. Olivier Millet, le président de l’Association française des investisseurs en capitaux (Afic) n’en croit rien. « Une sortie de la Grande-Bretagne ferait plus de mal que de bien à l’économie, c’est une chimère de croire que le centre financier européen se déplacera massivement de Londres sur le continent », estime celui qui est aussi président du directoire d’Eurazo dans « Les Echos » du 17-18 juin. L’avocat britannique Peter Rosher (cabinet Pinsent Masons), basé à Paris et spécialiste des grands projets d’infrastructures n’imagine pas non plus qu’un Brexit porterait un coup très rude à Londres et à la City, où se sont construits lors de ces dernières années d’immenses gratte-ciel. « La place financière de Londres ne se limite plus depuis longtemps à la City et au centre de la ville. Un quartier entier, grand, comme dix fois la Défense, a poussé le long de la Tamise sur les anciens docks, et toutes les plus importantes institutions financières du monde y sont présentes », rappelle-t-il.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X