Entreprises de BTP

Brahms et Beethoven chez des maçons de Saint-Nazaire

Mots clés : Maçonnerie - Manifestations culturelles - Métier de la construction

Donner un véritable concert de musique classique dans les ateliers d’une entreprise de maçonnerie, c’est le pari un peu fou du chef d’orchestre Philippe Hui et de Yann Le Quellec, patron de Sadac Construction.

Habitué des grandes scènes françaises et internationale (Opéra de Paris, Théâtre des Champs-Elysées, Opéra Comique, Düsseldorf, Baalbeck, etc.), le chef d’orchestre Philippe Hui a donné mardi 12 mai une représentation pour le moins originale. Avec ses 35 musiciens professionnels, il a interprété un double concerto pour violon et violoncelle de Brahms et la symphonie n°3, dite «Eroica», de Beethoven dans l’atelier de l’entreprise de maçonnerie Sadac. Plus d’une centaine de personnes – clients, partenaires et salariés de la Sadac – avaient répondu à l’invitation de Yann Le Quellec, P-DG de l’entreprise qui voulait fêter ainsi le développement de son activité désamiantage.

Ce concert marque les premiers pas de la «Philharmonie des deux mondes» dans le monde du BTP. Soutenue par l’association des concerts populaires, la Philharmonie est un orchestre symphonique, mais pas seulement. C’est aussi un orchestre citoyen qui a pour ambition de faire se rencontrer deux mondes, celui des mélomanes et celui d’un public qui n’a pas l’habitude de se rendre dans les salles de concert pour écouter de la musique classique. «C’est grâce à des fous comme Yann Le Quellec que cet orchestre existe» a rappelé Philippe Hui à l’issue d’une heure et demie de concert devant un public captivé.

Pour Yann Le Quellec, ce concert s’inscrit dans une vision et humaniste de l’entreprise. «L’entreprise est pour moi un lieu qui doit permettre à chacun de s’épanouir dans son métier» explique-t-il. Ancien commercial dans les adjuvants pour béton, il a repris la Sadac en 2004. C’était alors une petite entreprise de maçonnerie locale et, tout en maintenant cette activité, il l’a spécialisée dans le sciage et désormais de désamiantage. Aujourd’hui, la Sadac réalise deux millions d’euros de chiffres d’affaires avec 17 salariés et deux apprentis. Elle intervient «sur des moutons à 5 pattes» dans tout le grand ouest et notamment sur des chantiers emblématiques comme le futur centre des congrès de Rennes qui s’installe dans un ancien couvent et où l’entreprise est intervenue avec les Recycleurs bretons comme sous-traitant de Sogea pour scier les massifs et une forêt de micropieux provisoires qui ont maintenu le bâtiment historique en lévitation durant la reprise en sous-œuvre.

 

Extrait du concert en vidéo

 

En savoir plus

Consultez les sites Internet de:

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X