Logement

BPCE veut développer son activité dans le logement social

Le groupe BPCE est à la fois le premier financeur privé du logement social et un gros opérateur via GCE Habitat (150.000 logements).

« Le groupe est un opérateur important dans le logement social. Nous allons continuer à l’être et nous renforcer » : le président du directoire de BPCE, François Pérol, a précisé jeudi la place du logement social au sein du groupe à l’occasion de la présentation de son projet stratégique 2010-2013. Un projet marqué par l’abandon du modèle de la Banque/Immobilier voulu par le précédent patron des Caisses d’Epargne, Charles Milhaud.
Le groupe BPCE est à la fois le premier financeur privé du logement social et un gros opérateur via GCE Habitat (150.000 logements), a-t-il expliqué. Ces deux activités « sont complémentaires». La première, qui joue un rôle croissant dans le pôle de développement régional du groupe, va être développée, a assuré le président en chiffrant à 1,5 milliard le volume des financements réalisés en 2009. Pour la seconde, il a indiqué : « nous allons continuer d’investir en tant qu’opérateur du logement social là où sont les besoins, en zone tendue ». De même, il a l’intention d’ »essayer d’agréger d’autres opérateurs », confirmant ainsi que le pôle logement social participerait au mouvement de regroupement des organismes encouragé par le gouvernement. Lors de la simplification des structures du groupe annoncé pour la fin juin, GCE Habitat ne sera pas apporté à BPCE mais sera propriété de 17 Caisses d’Epargne, tandis que les Sem deviendront régionales.

Foncia et Nexity : des participations financières

Autre fait marquant : le changement de la place dévolue à l’immobilier dans le groupe : « les participations dans l’immobilier (Foncia, Nexity et Eurosic ) seront gérées comme des participations financières (…) avec l’objectif de les valoriser», a encore indiqué le président de BPCE . Le groupe « continuera à développer ses partenariats privilégiés » avec Foncia et Nexity mais « ces partenariats n’impliquent pas le contrôle capitalistique de ces acteurs industriels », a précisé François Pérol. « Ça ne veut pas dire que demain nous mettons en vente Foncia mais il n’est pas représentatif des métiers stratégiques », a-t-il précisé. BPCE a pris acte dans ses comptes au premier semestre 2009 de la dépréciation de la valeur de ces deux actifs, rachetés en haut de cycle.
François Pérol veut en effet « recentrer » son groupe sur la banque commerciale et l’assurance « complétées par un certain nombre d’enseignes spécialisées » comme le Crédit Foncier. Celui-ci sera « mis en synergie » avec les réseaux Banque Populaire et Caisse d’Epargne et son directeur général, François Blancard, intègre le comité exécutif de BPCE.

 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X