Quartier

Bouygues TP débute les travaux d’extension en mer de Monaco

Mots clés : Entreprise du BTP - Rénovation d'ouvrage - Travaux publics

Le groupe Bouygues a annoncé mercredi 31 août avoir débuté les travaux du projet qui doit permettre à Monaco de gagner six hectares supplémentaires sur la mer à l’horizon 2025, à l’anse du Portier.

La principauté de Monaco d’une superficie de 2 km2, à l’étroit entre la Méditerranée et la frontière avec la France, a traditionnellement recours à des extensions urbanistiques gagnées sur la mer : terre-plein du Portier (qui accueille le Jardin Japonais et le Grimaldi Forum), terre-plein du Sporting, plages du Larvotto, quartier de Fontvieille ou encore extension du port Hercule, pour un total de plus de 40 hectares gagnés sur la mer (20% du territoire).

Dernier projet en date, une nouvelle extension de 6 hectares à l’anse du Portier pour la réalisation d’un éco-quartier comportant principalement des logements (60 000m²), des équipements publics, l’extension du Grimaldi forum, un parking public, un port d’animation avec quais piétonniers, un parc végétalisé, une promenade littorale ainsi qu’un passage ombragé dans la verdure, le long du jardin japonais.

La première phase du chantier, les travaux d’infrastructure maritime menés par Bouygues TP ont débuté. « La technique choisie pour réaliser l’infrastructure maritime est celle d’un remblai confiné par une ceinture de 18 caissons trapézoïdaux en béton armé hauts de 26 mètres et pesant 10.000 tonnes chacun, munis de chambres d’amortissement », explique  Bouygues TP. Ces caissons préfabriqués, qui reposeront sur une assise en matériaux de carrière aux caractéristiques contrôlées appelés à remplacer les sols meubles actuellement en place, permettront de diminuer les franchissements par fortes houles. « Le montant global des travaux d’infrastructure maritime est de l’ordre de un milliard d’euros », a précisé Bougues.

L’éco-quartier bénéficiera de certifications environnementales reconnues telles que HQE Aménagement, BREEAM et Label Port Propre.

 

 

 

Focus

Des travaux de dragage particuliers

Du point de vue de l’environnement marin, le dragage de sédiments puis le remblaiement en « mer ouverte » sont les opérations les plus délicates.  Les travaux de dragage font ainsi l’objet d’une attention particulière destinée à réduire le risque de diffusion de turbidité à la source. Les opérations s’effectueront soit par une benne étanche, soit par une drague aspiratrice dite « sans surverse », qui a pour effet d’aspirer le nuage turbide avant qu’il  ne  puisse se disperser. Dans le même objectif, les matériaux de remblai issus de carrières seront préalablement  lavés. La totalité des sédiments pollués sera préalablement évacuée vers un centre de traitement à terre. Les sédiments non pollués seront immergés en profondeur dans les eaux territoriales monégasques. Enfin, des mesures complémentaires de protection sont prévues en cas de pollution accidentelle.
Un réseau d’instrumentation permettra des mesures en temps réel de la qualité des eaux afin de permettre un suivi attentif des différentes phases de travaux. En cas d’anomalies, les opérations seront immédiatement déplacées ou arrêtées. 

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X