Entreprises de BTP

Bouygues rate le grand stade de Nice pour quelques heures de retard

Le groupe de BTP n’ayant pas déposé son dossier en temps et en heure, seuls deux candidats s’affronteront en finale pour la construction, le financement et l’exploitation du futur grand stade de football de Nice.

Des quatre groupements admis à concourir dans le cadre de l’appel d’offres, seules deux candidatures -Vinci d’une part et Cari-Spada d’autre part- demeurent aujourd’hui en lice, avec deux projets qui viennent d’être remis à la commission d’appels d’offres.

La société suisse Marazzi, un temps candidate, n’a en effet pas déposé de projet (elle réclamait des surfaces commerciales plus importantes ce que la ville n’a pas autorisé), alors le groupe Bouygues a déposé son offre avec quelques heures de retard (la date et l’heure limites étaient le 22 août à 12 h) ce qui a immanquablement conduit au rejet de son dossier, un coup très dur pour l’entreprise qui a construit le stade de France…
Début octobre, la commission d’appels d’offres va examiner ces deux propositions et remettra ensuite son analyse au sénateur-maire de la ville, Jacques Peyrat, qui entamera les négociations avec les candidats pendant un peu moins de deux mois, jusqu’au choix final prévu fin novembre. Et un conseil municipal extraordinaire devrait dans la foulée permettre d’entériner le choix de l’opérateur privé qui réalisera ce futur grand stade.

Rémy Mario

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X