Entreprises de BTP

Bouygues, Eiffage, Saint-Gobain et Vinci épinglés par WWF pour leur approvisionnement en bois

Mots clés : Bois - Entreprise du BTP - Industriels du BTP

Dans son rapport évaluant l’impact négatif sur les écosystèmes des grandes entreprises françaises, l’ONG Fonds mondial pour la nature (WWF) met en exergue les conséquences néfastes de l’approvisionnement en bois de quatre géants français du BTP.

C’est le type de listes noires sur lesquelles les entreprises n’apprécient pas trop figurer… Le 20 avril, l’ONG Fonds mondial pour la nature (plus connue sous le nom de WWF) a dévoilé sa dernière étude sur l’exploitation des matières premières naturelles par les grands groupes français, résultat de travaux menés depuis 2010 à l’échelle internationale dans le cadre de « l’Initiative globale de transformation des marchés ». L’organisation y épingle 25 entreprises s’approvisionnant avec des matières premières renouvelables dont les modes d’exploitation menacent directement 35 écorégions du monde. WWF considère ces entreprises comme « prioritaires pour une transformation rapide des marchés car elles impactent le plus les écosystèmes terrestres et marins », décrit un communiqué.

Si les acteurs de la grande distribution et de l’industrie agroalimentaire occupent une bonne partie de la liste, les grands groupes du BTP français ne sont pas exemptés. Ainsi, Bouygues, Eiffage, Saint-Gobain et Vinci sont pointés du doigt pour leur approvisionnement en bois d’oeuvre dans certaines écorégions comme l’Amazonie, le bassin du Congo, les forêts Atlantique, l’Afrique de l’Est côtière, Borneo et Sumatra ou encore le Grand Mekong.

« Les entreprises françaises sont des championnes mondiales dans des domaines clés qui impactent les écosystèmes. Elles figurent parmi les premiers acheteurs d’huile de palme, de soja, de coton, de bois tropicaux… Elles ont donc une responsabilité particulière. Si elles font partie du problème, elles font aussi partie de la solution. Elles doivent agir maintenant ! », dénonce Pascal Canfin, directeur général du WWF France, cité dans le communiqué. « Par leur volume d’achat et leur sphère d’influence, (ces entreprises) peuvent modifier de façon positive les modes de production de ces matières premières en ayant recours à des approvisionnements qui satisfont à des critères de soutenabilité », soutient l’ONG.

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
  • - Le

    Negoce bois

    N’a t’on jamais contrôlé la radioactivité des bois « du nord » chez les négoces ?
    Signaler un abus
  • - Le

    Filière bois française

    En complément à cette information, il faut noter que les éléments de CLT dont on parle beaucoup en ce moment sont, de leur côté transformés et importés essentiellement d’Autriche (il n’y a qu’une seule usine de CLT en France à ma connaissance ) mais sans que l’on connaisse la provenance du ou des bois qui sont utilisés dans leur process de fabrication.
    Signaler un abus
  • Commenter cet article
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X