Industrie/Négoce

Bouyer-Leroux anticipe la croissance de son activité brique

Mots clés : Cloison - Établissements industriels, agricoles, ICPE - Produits et matériaux

Réunis sous une marque unique depuis le début de l’année, les produits murs et cloisons sont au cœur du projet de développement de la société. Une usine pourrait être créée d’ici 2015 en Normandie pour développer les ventes dans le Nord-Est de la France.

Dernière née de l’usine Bouyer-Leroux de La Séguinière (49), l’unité de production de coffres de volets roulants permet à la société (350 salariés, 88 M€ de CA) de compléter son offre globale sur le BBC en fabricant l’ensemble des éléments (briques, planelles et coffres) vendus sous l’appellation «thermo’pack».

«Aujourd’hui, la quasi-totalité des logements collectifs et la moitié des maisons individuelles sont équipées de volets roulants : nous nous donnons les moyens d’accompagner le développement de ce marché, déjà estimé à 3,5 millions d’unités par an, tout en proposant une enveloppe homogène toute en terre cuite», explique le PDG de la société, Roland Besnard.

L’investissement de 1,3 millions d’euros s’inscrit dans une stratégie de développement des marchés planifiée pour les prochaines années. Sur l’autre usine de Bouyer-Leroux, à Saint-Martin-des-Fontaines (85), 7 millions d’euros viennent d’être alloués pour transformer une unité de production de briques plâtrières en ligne polyvalente, capable de répondre à des pics de demande en rectifiées.

Le principal investissement, chiffré à 35 M€ devrait être décidé d’ici la fin de l’année 2013: la société envisage d’ouvrir un troisième site de production en Normandie, près de Forges-les-Eaux (76). Des terrains ont déjà été acquis pour extraire l’argile dont auraient besoin cette unité de 50 à 60 personnes, pouvant produire 150 000 à 200 000 tonnes de briques, soit un tiers de capacité supplémentaire. «Cette usine permettrait de toucher plus facilement certains marchés à la limite de notre zone de couverture, la Normandie, l’Île-de-France, la Bourgogne, l’Alsace… Nous confirmerons cet investissement si le marché du neuf reste suffisamment porteur», précise Roland Besnard.

Après une très belle année 2011 (+22% de CA), Bouyer-Leroux a développé de nouveaux outils de communication pour affirmer sa place de N°3 français du secteur. Le site Internet vient d’être modernisé avec une approche par projets et par type de clientèle. Et au plan commercial, une marque commune a été créée pour fédérer toute l’offre briques de la société, murs et cloisons : l’appellation «bio’bric» vise à valoriser la performance thermique et les qualités environnementales du produit, tout en étant plus identifiable par le grand public. «Cette marque traduit l’engagement de Bouyer-Leroux dans le développement durable, de la gestion responsable des carrières à notre fort positionnement social grâce au statut de SCOP», résume le PDG Roland Besnard.

 

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
Votre avis ?
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X