Réalisations

Bois et lumière pour les architectes d’Art’Ur

Mots clés : Architecte - Bois - Lieux de travail

Le point commun entre le Center Parcs de la Vienne et le premier bâtiment tertiaire du promoteur Carle à Bordeaux est à l’image de leur concepteur, le cabinet d’architectes Art’Ur, qui compose depuis 20 ans ses réalisations aériennes et lumineuses avec les matériaux durables.

Parmi les toutes dernières réalisations du cabinet bordelais et parisien Art’Ur, on retrouve la griffe «durable» qui allie esthétique et confort d’usage, avec un recours prononcé au bois. Une marque de fabrique pour ces architectes qui pratiquent la construction bois bien avant qu’elle soit à la mode. Rien d’approximatif dans cette démarche, qui impose une formation permanente aux quatre associés, les fondateurs, Philippe Pascal (DPLG Paris 1979) et Eric de Chambure (ESA Paris 1979), rejoints par Muriel Teynier (DPLG Bordeaux 2006) et Anne-Lise Godet (DPLG Bordeaux-Paris 2008). Ainsi qu’à leurs huit collaborateurs: «l’écoconstruction, la filière bois, la rénovation thermique sont en constante évolution, explique Anne-Lise Godet, et les nouveaux outils comme le BIM nous imposent d’être toujours réactifs, notamment face aux réglementations mais aussi pour utiliser les nouveaux procédés constructifs et outils de travail».

Cette démarche réactive se fonde aussi et d’abord sur des convictions éthiques de ce qu’est le travail d’architecture: «depuis la création de notre agence, explique Philippe Pascal, nous voulons réconcilier l’homme, au cœur du projet architectural, avec son environnement. Cela veut dire privilégier les matériaux vivants, qui se patinent comme le bois, la pierre, même la terre et le fer. Nous apprécions qu’ils expriment leurs qualités face au temps, aux intempéries. Oui, nous utilisons de manière systématique cette approche et ces matériaux, adaptés à chaque projet».

Quel meilleur champ d’action que la rénovation du parc ancien, qui permet à Art’Ur d’appliquer ses principes «pour réhabiliter le parc immobilier des années 60 et suivantes, notamment en matière de confort thermique et d’usage, le bois permet de concilier les contraintes structurelles, acoustiques, aérauliques, environnementales, programmatiques, paysagères esthétiques».

Mais attention, les architectes ne sont pas des sectaires: «nous associons régulièrement bois pierre et béton, qui sont complémentaires, le bois en enveloppe isolée, le béton pour l’inertie et en soubassement» détaille la jeune associée.

 

Des réalisations diversifiées

 

Deux exemples, d’échelle totalement différentes montrent la pertinence de ces choix: le premier est une rénovation énergétique de bureaux, en cours pour le groupe toulousain Carle. Associé à Cap Ingélec (BET fluides), Art’ur livre le nouveau Parc Cadera 2.0, «un ensemble de six bâtiments de 770 m2 chacun, dont la rénovation vise la certification BBC Certivéa et a déjà obtenu le prix Ademe-Prebat 2013, explique Muriel Teynier. Il s’agit d’immeubles de bureaux en R+1, datant des années 80, situés dans un parc paysager en bordure de l’agglomération bordelaise. Le bois permet d’atteindre le niveau BBC en offrant des prestations du neuf mais commercialisées au prix du seconde main». Carle annonce un coût de 600 000 euros HT de travaux par immeuble, dont le premier a été livré en 2014, et les autres sont en cours.

Autre exemple, très différent dans sa structure, le village du nouveau Center Parcs de la Vienne pour le groupe Pierre et Vacances. Là encore, les deux principes de base de leur architecture sont à l’honneur: faire pénétrer la lumière et réduire les impacts en privilégiant les filières sèches, la préfabrication: «En partenariat avec le BET 2BBois, nous avons élaboré des systèmes de coques et de panneaux préfabriqués en atelier, qui sont assemblés sur le chantier. Nous avions déjà réalisé le Center Parcs de Moselle, et il s’agit là encore de faire entrer plusieurs entités très différentes dans le programme: une serre, un parc ludique aquamundo un centre de séminaires et des locaux logistiques. Chaque élément doit être identifiable à son architecture. Le centre du village se développe autour d’un lac, et le matériau bois en structure et en vêtures de façade s’y adapte à merveille pour former un paysage lacustre. Notre objectif est aussi de construire durable, réparable, adaptable et évolutif, ce que cette conception intégrée dès l’origine permet de faire» conclut l’architecte.

 

Fiche technique

Village Center Parcs de la Vienne

Construction d’une halle centrale et d’un centre aqualudique au cœur du Center Parcs Domaines aux Daims, Trois Moutiers, Vienne.

Maître d’ouvrage: Pierre et Vacances Center Parcs

Maître d’œuvre: Art’ur Architectes (mandataire), BET 3B Bois Batut, Interscene Paysagistes, Sfica

Surface: 34 900 m2 Shob, 18 996 m2 Shon

Coût des travaux: 55 000 000 euros HT.

Mission chantier: VISA architecte + assistance MOE

Livraison: juin 2015.

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X