Réalisations

Bloomberg et les éoliennes : une fausse bonne idée ?

Après l’annonce, mercredi 20 août, de la volonté du maire de New York, Michael Bloomberg d’installer des éoliennes sur les gratte-ciel et ponts de New York, le New York Times est allé à la rencontre d’architectes, ingénieurs et spécialistes de l’énergie. Leur verdict : une opération compliquée et peu susceptible de combler la demande croissante en électricité de la ville dans les années à venir.

Utiliser le vent dans New York n’est pas chose aisée. D’abord, il est assez faible. Mais surtout, où placer les éoliennes dans cette ville si densément peuplée? Sur les toits des immeubles répond Michael Bloomberg, maire de la ville… « Les petites turbines que le maire a évoqué ne rapportent rien en termes de kilowatts par heure », estime Daniel Karpen, un consultant de Long Island qui a étudié la faisabilité de la production éolienne. « Il va avoir besoin d’argent pour les construire et se perdre sous un amoncellement de procédures. C’est un cauchemar. » Les experts estiment en effet, rapporte le New York Times, que « même si Bloomberg rassemblait des investisseurs désireux de construire des turbines capables de générer 1.000 mégawatts d’électricité, les opérateurs de la ville ne pourraient en utiliser que 100, soit 1% de la demande.

Et l’énergie solaire?
De plus, les gratte-ciel devraient être dessinés, ou rénovés à des coûts faramineux, pour supporter le poids supplémentaire, les vibrations et les oscillations des turbines.
Des éoliennes étaient d’ailleurs prévues dans la structure du projet « Freedom Tower » de Skidmore, Owings & Merrill pour le nouveau World Trade Center : huit hélices perchées au sommet de la tour.
« Elles auraient comblé une petite, mais bien identifiable, partie des besoins du bâtiment », raconte Carl Galioto de chez Skidmore, au « Times ». »On espérait qu’à plein régime, elles fournissent l’énergie pour les ascenseurs. Et ça aurait déjà été incroyable. » Nous l’avons dit, New York est peu venteuse, surtout l’été lorsque la consommation électrique est la plus importante. L’installation la plus sensée serait alors de l’autre côté de la baie, en face du port. Ou bien… des panneaux solaires. « New York est vraiment une ville « solaire » » explique au New York Times, Anthony Pereira, directeur de altPower, une entreprise spécialisée dans la conception, le développement et l’installation de panneaux solaires et d’éoliennes. « Les installations solaires seraient rentabilisées en quatre ans, contre au moins vingt-cinq pour les petites éoliennes… »


Adrien Pouthier


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X