Matériaux et équipements

Bientôt une marque de qualité pour le bardage en bois

Mots clés : Bardage - Bois - Vêture

Une marque de qualité pour les bardages devrait bientôt voir le jour. L’occasion de redorer le blason de cette solution de vêture qui a drastiquement chuté ces dernières années.

La part de façades en bois dans les logements a été divisée par deux en six ans : elle est passée à 5,38% (777 000 m2) en 2016 contre 10,3% en 2011 (3,785 millions de m2), selon une étude sur les marchés et perspectives de développement de la construction bois et résidentiel réalisée par le Codifab et l’Union industrielle des constructeurs bois.

 

 

Le bardage bois est en souffrance. Raison pour laquelle les raboteurs souhaitent lancer une marque de qualité. « Cela permettra de rassurer, convaincre les prescripteurs, architectes… des avantages techniques, économiques et écologiques de cette solution », a expliqué Philippe Lalliard, dirigeant de la société éponyme, lors de l’assemblée générale de Le Commerce du bois (LCB).

 

 

Après la parution du DTU 41.2 sur les bardages bois, les raboteurs souhaitent également faire approprier les nouvelles règles de l’art dans tous les projets de vêture extérieure en bois. Cette marque sera lancée conjointement par l’institut technologique FCBA et LCB. Les marques CTB seront fusionnées en 2018 autour d’un concept global Bâtiment. La marque devrait couvrir toutes les étapes de la vie d’un produit, depuis la production, la conception jusqu’à sa mise en œuvre. Elle comprendra également le traitement et la finition. Les industriels sont invités à y participer, tout comme les artisans poseurs.

Reste à savoir si cette marque sera réservée aux entreprises qui transforment en France. Cette question reste encore en suspens.

 

Focus

Assemblée générale

Le 9 juin, Le Commerce du bois (LCB), l’association de professionnels de la distribution de bois et dérivés en France, tenait son assemblée générale à Paris. Parmi les grandes orientations évoquées : ouvrir l’association, séduire la prescription et communiquer. Pierre Gautron, le président de l’association créée en 2O1O, qui regroupe des négociants, des importateurs et qui compte 23O points de vente, souhaite également une plus grande modernisation et plus de simplification. Il est ainsi question d’élargir l’association à des acteurs ou des entreprises, notamment étrangères agissant sur le marché français. « Cela favorisera les échanges et les transferts de compétences » et permettra de « développer l’utilisation et la commercialisation de bois en France ». D’autant que de l’avis de tous les intervenants, « l’activité est repartie à la hausse en 2O16 et se confirme en 2O17 ».  

Communiquer encore et toujours : LCB prendra part à la campagne de France bois forêt. « Le bois est une filière. Nous souhaitons nous y engager encore plus. Plus la filière communiquera et expliquera ses métiers, plus elle en sortira forte », explique Pierre Gautron. Dix millions d’euros seront débloqués sur 3 ans de 2O17 à 2O19 autour d’une communication générique dont le slogan sera « Mon choix, le bois ». « Une stratégie de rassemblement de toute la filière », assure Cyril le Picard, président de France bois Forêt (FBF), même si son pendant pour la partie industrie (FBIE) ne participe qu’à hauteur de 1OO OOO euros. « Ensemble, on peut réussir », scande t’il. L’action de communication sera portée auprès des prescripteurs et du grand public. Un film de 3O secondes passera en revue tous les métiers du bois avec pour slogan : le bois, c’est mon choix ! conclut-il. La communication sera sans failles. Le bois, le bois, le bois sinon rien ! »

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
  • - Le

    Bardage en bois - aprés l'incendie de la Grenfell Tower?

    Aprés l’incendie meurtrier qui a ravagé la Grenfell Tower à Londres, pouvons-nous être si enthousiastes à l’égard debardage en bois? Une façade inflammable semble une mauvaise idée.
    Signaler un abus
  • Commenter cet article
Votre avis ?
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X