Industrie/Négoce

Béton : oui aux centrales mobiles… mais aux normes !

Mots clés : Béton - Normalisation - Marquage CE

Le Syndicat national du béton prêt à l’emploi précise sa position face aux centrales de chantier. Il ne cherche pas à en restreindre l’installation, mais à s’assurer qu’elles sont aux normes.

Les centrales à béton sont des installations classées pour la protection de l’environnement et, à ce titre, leur mise en place est soumise à des règles précisées par un arrêté ministériel daté du 26 novembre 2011. Or les centrales à béton mobiles bénéficient d’une mesure dérogatoire qui fut dénoncée par le Syndicat national du béton prêt à l’emploi (SNBPE) mais validée par le Conseil d’Etat.

« Notre intention n’était pas de limiter le recours aux centrales de chantier mais de ne faire aucune exception quant au respect des règles environnementales » précise Benoist Thomas, secrétaire général du SNBPE. Celle à laquelle les centrales de chantier ont le droit de déroger concerne la distance d’éloignement minimale par rapport aux limites du site. « Mais toutes les autres s’appliquent ! » se félicite Benoist Thomas, qui rappelle les mesures à suivre en matière de récupération et de traitement des eaux, de limitation du bruit et de la poussière.

 

Centrales sauvages

 

Dans les faits, les petites centrales provisoires installées sur chantier ne sont pas, loin s’en faut, conformes à la réglementation. Récupèrent-elles convenablement des eaux de ruissèlement ? Ont-elles prévu un bassin d’orage ? Ne rejettent-elles que des eaux convenablement traitées ? « Une installation qui s’affranchit de ces règles en tire un avantage concurrentiel » s’indigne Benoist Thomas. C’est d’autant plus gênant quand un chantier profite de sa centrale provisoire pour vendre du béton aux chantiers voisins, ou quand une centrale mobile surgit tout à coup et devient un site de production sauvage.

Ce sont ces installations illicites qui sont dans le collimateur du SNBPE qui mène actuellement des procédures judiciaires contre une dizaine d’entre elles. Malheureusement le syndicat constate une dichotomie entre la dureté des textes réglementaires et l’absence de moyens mis en œuvre pour en contrôler le respect. La production de béton prêt à l’emploi est loin d’être la seule à souffrir de cette absence de surveillance, également dénoncée par d’autres acteurs du BTP.

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X