Performance énergétique

BBC: les réalités de l’après-chantier décortiquées en Alsace

Mots clés : Efficacité énergétique - Etanchéité

Présentée ce printemps aux professionnels à travers une succession de réunions, la compilation de plusieurs «retours d’expérience» pointe la perfectibilité des chantiers, surtout en terme d’étanchéité à l’air.

Le BBC (bâtiment basse consommation) fort bien, mais qu’en est-il au bout de quelques années de fonctionnement ? La région Grand Est, et plus particulièrement l’Alsace en son sein, s’est lancée dans une importante démarche de «retours d’expériences» (Rex). Ceux-ci combinent les bilans de la rénovation de maisons individuelles et de la construction neuve ou la réhabilitation de bâtiments publics. La première catégorie traite des près de 500 chantiers, livrés ou en cours d’achèvement, du programme alsacien «Je rénove BBC» lancé en 2010. La seconde se fonde sur l’analyse de 26 bâtiments (19 rénovations, dont huit bâtiments d’avant 1948, et 7 constructions entre 2010 et 2013) qui a été effectuée, selon les cas, par les bureaux d’études thermiques Imaée et Solares Bauen, dans le cadre du programme régional pour la transition énergétique aujourd’hui dénommé Climaxion. La matière s’enrichit de quelques autres travaux, comme un projet de recherche de l’école d’ingénieurs et d’architecture Insa de Strasbourg sur la «durabilité des techniques d’étanchéité à l’air» et le programme national «Rex bâtiments performants» que pilote l’Agence qualité construction (AQC).

La restitution la plus complète prendra la forme de cahiers imprimés cet automne. Pour en donner un avant-goût, les initiateurs du Rex (le conseil régional, l’Etat via le Cerema, l’Ademe, EDF, Energivie.pro le centre alsacien de ressources pour le bâtiment durable) organisent une série de réunions pour les professionnels du bâtiment durant ce printemps (voir le calendrier à venir dans le Focus ci-dessous). Celles qui se sont déjà tenues, sur les thèmes de l’enveloppe du bâtiment et la ventilation, confirment l’intuition initiale: les performances sont bonnes globalement, mais les potentiels d’amélioration ne manquent pas.

 

Des points de fuite d’air

 

En effet, le constat est dressé que les mises en œuvre laissent des points de fuite d’air dans les bâtiments: seuils de porte, solives, passages de gaines non étanches, liaison entre les éléments dormants et ouvrants des menuiseries, fissuration dans les liaisons des éléments traversants, joints de dilatation sous-dimensionnés, raccordements non conformes de réseaux aérauliques, déperdition dans la transmission de la chaleur d’un bout à l’autre d’un réseau, etc. «Les conclusions, à ce jour, mettent en exergue l’enjeu de la formation des salariés des entreprises de pose et de la coordination entre les corps d’état. De ce point de vue, le maître d’œuvre garde toute sa légitimité à intervenir sur de tels chantiers», observe Katharina Brockstedt, responsable d’Energivie.pro.

Autre document support du Rex, le bilan de l’étanchéité à l’air de douze bâtiments publics dressé par Alsatech, spécialiste de la mesure de la perméabilité, souligne que rien n’est acquis en la matière: dans un cas sur quatre, cette étanchéité s’est dégradée avec le temps, notamment à cause de l’apparition de fissures dans les liaisons entre les traversants. Et l’étude soulève un gros point de vigilance, concernant la fiabilité même des mesures. Un cas d’erreur nette de calcul est signalé… et carrément deux autres cas de «falsification» des résultats. De quoi mettre de l’eau au moulin de ceux qui estiment que le business des tests d’étanchéité a besoin encore de faire du ménage.

 

Des facteurs très basiques

 

S’ils distillent quantité d’informations techniques, les travaux n’oublient pas de souligner que des facteurs très basiques suffisent à influencer les résultats dans le bon ou le mauvais sens. Ainsi en va-t-il de l’emplacement des centrales de traitement d’air (CTA). «Elles restent trop souvent logées dans des endroits difficiles d’accès, avec des bouches obstruées. Le meilleur réglage et leur maintenance plus régulière permettraient en soi, dans de nombreux cas, de dégager des économies d’énergie», signale Marina Gaspard, d’Energievie.pro. Depuis le début de cette année, le conseil régional du Grand Est conditionne d’ailleurs l’octroi d’aides en rénovation énergétique à l’établissement d’un petit guide de réglage des CTA au moment où l’entreprise du lot ventilation passe le relais à celle de maintenance-exploitation.

 

Focus

Les prochaines réunions du retour d’expérience BBC en Alsace

25 avril au pôle des énergies renouvelables de Cernay (Haut-Rhin), sur le thème de la ventilation;

8 juin à l’Insa de Strasbourg (Bas-Rhin): chauffage et eau chaude sanitaire;

15 juin au château Kiener à Colmar (Haut-Rhin): enveloppe du bâtiment.

 

Focus

Quelques points à retenir du bilan du programme «Je rénove BBC»

489 maisons individuelles rénovées ou en cours de rénovation

Consommation d’énergie primaire (mesure en réel) divisée par deux, passage de 148 à 73 Kwh/m2/an

Isolation de l’enveloppe, coefficient Ubat moyen divisé par plus de trois (de 1,69 à 0,46 W/m2.K)

Diminution de 80% des émissions de C02, de 87 à 15 kilos de CO2/m2/an

Coût moyen de rénovation: 465 euros HT/m2 de surface habitable

Temps médian de retour sur l’investissement financier: 20 ans

Temps de retour en bilan carbone: un an

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
Votre avis ?
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X