Industrie/Négoce

Batimat, Interclima, Idéobain : le Mondial du bâtiment aborde son édition 2017 sur un ton résolument optimiste

Le Mondial du bâtiment se déroulera du 6 au 10 novembre, à Villepinte. A 5 mois de l’ouverture, l’organisateur se veut confiant.

La reprise est là, et le Mondial du bâtiment compte bien en profiter. Après plusieurs éditions en demi-teinte, du fait d’un contexte économique difficile pour le secteur et d’un déménagement de la porte de Versailles à Villepinte, en 2013, qui a mis du temps à s’ancrer dans les habitudes des visiteurs, Reed Exhibition, organisateur du salon, espère que la prochaine édition marquera une nouvelle étape.

Guillaume Loizeaud, directeur général du salon, met en avant une série de bonnes nouvelles, contrecarrant certains signaux négatifs qui avaient pu circuler dans le secteur en début d’année. Ainsi, alors que, comme Lemoniteur.fr le révélait cet hiver, la Capeb a fait le choix de ne pas participer cette année , le Mondial du bâtiment peut compter sur le soutien de très nombreuses fédérations professionnelles et filières industrielles, notamment le bois et le verre, avec la présence de presque tous les acteurs. De même, si beaucoup soulignent les difficultés rencontrées par le salon Interclima + elec, du fait de l’absence de plusieurs grands noms du secteur du chauffage, l’organisateur souligne le retour que quelques grandes marques pour le 50e anniversaire de ce salon : Carrier, France Air, LG Electronics, Panasonic ou encore Swegon. De plus, la création d’un village dédié à l’autoconsommation photovoltaïque positionne Interclima + elec sur un marché encore émergent, mais promis à un bel avenir.

Les retours d’exposants absents depuis une ou plusieurs éditions sont aussi encourageants côté Batimat,  avec notamment Saint-Gobain (absent il y a deux ans du fait de la célébration de ses 350 ans place de la Concorde), Velux, Kiloutou, Dewalt, 3M, ainsi que quelques grands noms du véhicule utilitaire.

 

Transition et dynamique

 

L’arrivée d’une nouvelle équipe gouvernementale, qui devrait chercher à soigner son image auprès des communautés professionnelles, le positionnement en pointe du bâtiment tant dans la reprise économique nationale que dans la transition écologique et la mobilisation quasi-générale de la filière autour de cet événement constituent autant de signaux positifs que Guillaume Loizeaud et son équipe entendent utiliser pour faire de cette édition 2017 la première d’une dynamique retrouvée. A suivre.

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
Votre avis ?
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X